[RP] Confessions intimes à Fontainebleau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP] Confessions intimes à Fontainebleau

Message  Romain de Nansac le Mar 17 Mar - 20:04

Romain refusait de laisser sa belle-mère seule dans cette situation, il lui promit alors qu'il resterait toujours à ses côtés si elle abandonnait cette folie que de vouloir conquérir à tout prix le pouvoir. Il la suivit donc à Fontainebleau où il emménagea. Il avait environ trois heures de trajet entre Versailles et sa nouvelle demeure mais au vu de la fragilité de la jeune femme qui avait tenté de faire du mal à leur bébé, il ne pouvait prendre le risque de la voir réitérer.

Il tenta de lui trouver des gens avec lesquels elle parviendrait à passer du temps, évitant ainsi l'ennui et de ruminer sur ce qu'il s'était passé. A force de temps et de patience, Romain finit par réussir à faire parler Julia un minimum, elle lui avoua que les rumeurs sur les menaces proférées à l'encontre d'Annabelle, du Duc de Lorraine et d'Elise étaient vraies. D'abord sous le choc, il ne sut que répondre avant de finalement prendre la jeune femme, en pleurs, dans ses bras.


Je vous pardonne...

Tels avaient été ses mots mais il y avait bien des choses qu'il ignorait encore. Lui pardonnerait-il aussi facilement le reste de ses méfaits ? Nul ne le savait à cette heure. La soirée se passa ainsi à l'écouter lui raconter ce qu'elle avait pu faire, pourquoi, pour qui...Ses regrets, sa peur de la solitude, celle de changer, celle de le perdre...Deux mots franchirent alors ses lèvres, sans même qu'il n'y réfléchisse, lorsqu'elle lui avoua sa peur de ne jamais retrouver un époux qui accepte une favorite déchue.

Épousez-moi...

Que dirait Elise de cela ? Qu'il était tombé sur la tête sans doute. Mais n'était-ce pas ce qu'ils s'étaient toujours dit ? N'était-ce pas, finalement, le plus simple pour tout le monde lorsque l'on savait que l'enfant qu'elle portait n'était pas le bâtard du roi comme beaucoup le croyaient mais l'enfant de Romain ? Il serait marié, il aurait cette descendance et il serait avec une femme qu'il avait aimée d'amour avant de s'en éloigner mais à laquelle il tenait toujours énormément. Le problème était de savoir comment Julia et Elise pourraient cohabiter. Cela serait-il seulement possible ? L'accepteraient-elles ? Elise lui avait dit de se marier et avoir des enfants en sachant pertinemment qu'ils ne pourraient jamais s'unir mais là, il s'agissait de Julia...

C'est avec toutes ces questions en tête qu'il était allé voir le Père O'Leary auquel il avait demandé de le suivre jusqu'à Fontainebleau afin de confesser Julia...


avatar
Romain de Nansac

Messages : 58
Points : 79
Date d'inscription : 28/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Confessions intimes à Fontainebleau

Message  Julia Ponsardin de Nansac le Mer 18 Mar - 3:46

La vie prenait parfois une drôle de tournure. Quand certains verraient une déchéance, une humiliation, Julia avait vu ce soir une libération.

Les yeux clos, elle s'échappait au son léger et apaisant du clapotis de l'eau. Bientôt l'inconscience dont elle avait preuve sa vie durant, se rappela à elle pour l'accompagner vers cet effrayant inconnu. Etait-ce grâce à elle qu'elle n'avait plus peur pour la première fois depuis des jours ?
Elle n'avait plus la force de répondre à cette question. Elle n'avait plus de force du tout. Elle se sentait légère, tellement légère qu'un sourire naquit sur ses lèvres malgré la douleur qui finissait par s'estomper. Elle se sentait bien, enfin elle était heureuse.

Elle pensa une dernière fois à sa mère, cette mère autoritaire et abusive qui l'avait poussée toujours plus loin et qu'elle n'avait jamais cesser de décevoir. Jean-Baptiste, le fils parfait partit accidentellement trop tôt se présentait aussi à elle. Son sourire était bienveillant et elle fut heureuse de le revoir après tant d'années. Leur père se tenait près d'elle également et elle aurait aimé lui demander pardon, pardon de ne pas avoir été à la hauteur, pardon de l'avoir déçu et ruiné au point qu'il ait préféré partir avant l'heure lui aussi.

Un autre homme était présent... Son visage tranquille ne trahissait pas la moindre émotion. Si son corps n'était pas de coton elle  se jetterait à ses pieds pour implorer son pardon. Demander pardon pour avoir ôté la vie d'une personne c'est tellement dérisoire mais qu'aurait-elle pu dire d'autre qui sorte de son coeur froid et brisé ? Dans l'inconscience, elle ne quittait pas des yeux son second époux, attendant impatiemment qu'il lui porte le coup de grâce comme elle l'avait fait plus tôt pour lui.

Rien ne venait. Rien d'autre que le regard horrifié, mortifié et anéanti de Romain. Il était le seul à l'avoir aimée, le seul à s'intéresser à elle, mais il n'aimait qu'un mensonge et il n'en a pas supporté la triste vérité.

Les mains glacées et ensanglantées de Julia se posèrent lourdement sur son ventre et ce bébé qu'elle ne connaîtrait jamais. Un son lointain résonnait dans sa tête, une sensation froide sur sa peau. Oui c'est cela, le couvent Sainte Clotilde où elle avait passé six mois pour cacher cette honte d'où tout était partie ou presque. Elle y avait mis au monde un bébé, une petite fille qu'elle n'avait jamais vu ni jamais pu tenir dans ses bras. On lui avait dit qu'elle était morte, puis dans une énième crise d'une Julia persuadée d'avoir entendu l'enfant crier, sa mère lui avait avouée l'horrible vérité. La petite était marquée du pêché commis par ses parents et il ne faudrait plus jamais en parler. Jamais.

Outre le léger bruit de l'eau, le dernier bruit entendu avant de sombrer, était celui d'une lame s'échouant métalliquement sur le sol. Pourtant l'on aurait dit que des voix étouffées la suppliaient. Etait-ce son imagination ? Une hallucination ? Quoiqu'il en soit elle ne répondrait pas, elles étaient trop loin d'elle pour l'atteindre. Elle ne le voulait pas.

Comment Julia avait pu en arriver là ? La Reine avait repris le pouvoir sur le coeur de son mari et la favorite déchue fut envoyée à Fontainebleau. Si la demeure était magnifique, la vie à Versailles lui manquait. Son statut lui manquait. Romain était là et veillait sur elle, malgré ses actes, il restait patiemment. Il essayait de lui apprendre une autre vie, mais qu'il est difficile de tout recommencer quand on a jamais rien connu d'autre.

Elle avait promis d'essayer. Pourquoi ? Elle n'en savait rien, mais avait-elle le choix ? Elle avait accepté pour une fois encore l'endormir, lui faire baisser la garde pour se faufiler dans la première faille venue. Puis au fil des jours c'est elle qui avait baissé la sienne. Jamais encore elle ne l'avait fait, jamais elle ne s'était confiée à lui de la sorte, ni à personne. Essayait-elle réellement de changer ? Elle était d'accord pour parler à un prêtre, se confesser pour avancer.

Pourquoi n'avait-elle pas suivit son instinct ? Si elle l'avait fait elle ne serait pas gisante dans cette baignoire ensanglantée toutes veines dehors. Non elle avait eu raison, car enfin maintenant elle était libre.

Romain ne pourrait sans doute jamais lui pardonner, mais il serait libéré du poids de sa culpabilité. Ils s'étaient séparés dans les larmes puis après une nuit sans sommeil, elle s'était levée à l'aube, demandant à une femme de chambre de lui préparer un bon bain chaud. Dans un sourire apaisé elle lui avait confié une dernière mission


Sur le bureau de ma chambre vous trouverez des lettres. Faites-les porter à leurs destinataires je vous prie. Il y en a une pour le Baron également, attendez qu'il soit descendu pour le petit-déjeuner, inutile de le déranger avec ça.

Puis Julia plongea avant de disparaître dans les eaux troubles de l'inconscience.

Lettre  d'adieu:




avatar
Julia Ponsardin de Nansac

Messages : 28
Points : 39
Date d'inscription : 28/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Confessions intimes à Fontainebleau

Message  Romain de Nansac le Mer 18 Mar - 20:10

Il était parti se coucher après une soirée éprouvante. Il avait amené le frère Kaeran O'Leary à Fontainebleau et il semblerait que son arrivée ait eu l'effet escompté...Peut-être trop...Il s'était allongé tout habillé, les larmes aux yeux alors qu'il venait d'apprendre l'abominable vérité. Julia lui avait tout dit, tout, du début à la fin...Sa séparation manigancée avec Elise n'était rien en comparaison avec ce qu'il venait d'apprendre...

Julia lui avait fait croire qu'elle l'aimait pour garder son héritage mais pire encore elle avait tué son père, le laissant porter le chapeau et ce, juste pour pouvoir épouser un homme plus riche, plus titré, mieux placé...Ainsi leur venue à Versailles était totalement préméditée et son mariage avec le Duc de Lorraine également et lui et son père n'avaient été que des pions à déplacer sur un échiquier depuis le départ...

Il était resté là, ressassant ce qu'elle lui avait dit pendant de longues minutes. La seule fois où il avait pleuré autant c'était lorsqu'il était allé demandé pardon à son père, sur sa tombe, lors de son voyage avec Elise. Lorsqu'il se fut enfin calmé, il se tourna et se retourna dans son lit, ne pouvant cesser de penser à tout cela et, ne trouvant pas le sommeil, il finit par se lever et descendre au salon.

Julia dormait-elle ? Il l'ignorait. Quelques domestiques s'affairaient encore et en le voyant, la dame de chambre s'approcha, lui donna un vélin signé de la main de Julia. Lâchant un soupir, il se laissa tomber dans un fauteuil et entreprit la lecture de ce courrier. Il ne comprit pas au départ ce que ce message signifiait et ne réagit que lorsqu'elle parla de leur enfant qui arriverait parmi les anges. Seigneur, qu'avait-elle encore fait ?


Où est-elle ?!

Dans son bain, apparemment. Il se hâta de remonter l'escalier jusqu'aux appartements de Julia, les traversant aussi vite qu'il le put jusqu'à arriver face à une scène qu'il aurait préféré ne jamais voir. Elle était dans son bain, couverte de sang, seules quelques bougies presque entièrement consumées et l'aube approchante illuminaient la pièce. Par terre, la lueur d'une bougie se reflétait dans une lame de fer.

Il mit quelques instants avant de réagir et de se jeter sur elle, prenant ses poignets entre ses mains comme pour empêcher le sang de s'échapper. Il avait agit par réflexe, ignorant parfaitement quoi faire. Il se mit à crier pour que l'on vienne l'aider et qu'on appelle un médicastre. Julia semblait prête à sombrer, il essaya de la ramener vers la conscience mais ignorait si elle l'entendait.


Julia ! Julia ! Vous n'avez pas le droit de faire ça ! Je vous interdits de mourir !

Bientôt, les serviteurs, alertés par ses cris, affluèrent dans la pièce. L'un d'eux se hâta à aller chercher un médicastre dans le village...Arrivera t-il à temps ? N'est-il pas déjà trop tard ?


avatar
Romain de Nansac

Messages : 58
Points : 79
Date d'inscription : 28/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Confessions intimes à Fontainebleau

Message  Julia Ponsardin de Nansac le Jeu 19 Mar - 12:48

Pour la première fois depuis très longtemps, trop longtemps, Julia se sentait bien. Plus de mal, plus de peine, le chagrin était envolé, évanoui . Il ne restait qu'un état de bien-être, une plénitude comme jamais sa vie durant elle n'avait ressenti. Elle était prête à s'abandonner, à lâcher prise pour de bon. Elle ne connaissait maintenant plus regrets ni honte. Elle était légère, si légère que l'on aurait dit que son âme si sombre et tourmentée laissait là son corps bientôt froid.

Revint à elle tous les grands moments de sa vie, les plus tragiques aussi. Pourtant elle les revivait comme si elle n'avait toujours été que simple spectatrice. Oui voilà c'est ce qu'elle a toujours ressenti au fond, elle n'a toujours été qu'une spectatrice, une observatrice lointaine de sa propre vie.

De bons souvenirs s’immisçaient  pourtant aux mauvais. Que sa vie était simple et heureuse quand elle était enfant. Les courses parmi les vignes pour échapper au Jean-Baptiste  rieur, les longues conversations de petites filles autour d'un thé imaginaire avec ses cousines, la fierté de son père quand le nectar d'or s'écoulait du tonneau, ses pieds et ses jambes collantes quand elle écrasait le raisin dans les larges cuves avec les cueilleurs et Charles....Pourquoi venait-il troubler ces souvenirs si heureux ? Oui elle se souvient, c'est là qu'il avait vu que sa cousine n'était plus tout à fait une enfant ni encore une femme. Sa manière de rire, de danser pour broyer les fruits, jupons relevés peut-être trop hauts ou peut-être pas. L'avait-elle provoqué ? Sans doute que oui sinon pourquoi un jeune homme qui plaisait tant aux femmes se serait arrêté sur elle ? Pourtant il ne tenta rien cet été-là.

Ce fut le dernier été heureux. Ce fut ces seuls souvenirs heureux. Pourquoi ? Elle aurait aimé les retenir dans son inconscience mais ils s'évaporaient pour assombrir son ciel comateux. Jean-Baptise avait cessé de taquiner sa petite soeur, les rires avaient laissé place à la peur. Jamais Julia n'avait pu oublier ce jour, et sa mère veillait bien à ce que cela n'arrive pas. Si le corps ensanglanté de Julia se refroidissait de part en part, son âme brûlait.

Il faisait chaud  cet été là, trop chaud et après un déjeuner familial réunissant l'oncle George, tante Blanche, Diane et Hélène les cousines, Charles, Hortense, la future madame Jean-Baptiste de Ponsardin, Henri et Eugénia, les parents de Julia, une ballade au bord de la rivière s'imposa naturellement. Qui de Charles ou de Jean-Baptiste eut l'idée d'y sauter le premier ? Julia ne s'en souvenait pas, mais ce qu'ils riaient à s'éclabousser, à se faire couler. Elle les observait sur le rivage, mi amusée, mi envieuse. Le vent, bien que léger, faisait virevolter ses longs cheveux noirs et dessinait sur le reflet de l'eau quelques ondulations illuminées par le très haut soleil. Hortense et Charles chahutaient, et Eugénia avait plaisanté sur l'inconvenance de la jeune fille à aller ainsi s'amuser avec les garçons quand les femmes se devaient de rester en retrait. Julia, elle, elle ne plaisantait pas. Elle voyait cela d'un bien mauvais oeil. Etait-ce parce-que sa future belle-soeur semblait trop intéresser Charles qui ne s'occupait plus de sa cousine qu'elle en était jalouse ou tout simplement parce-qu'elle avait surpris quelques regards entre eux qui ne laissaient rien présager de bon ? Sans doute un peu des deux. Julia aimait bien Charles, il était toujours prévenant et contrairement aux autres garçons de son âge, lui était très cultivé et passionnant. Il faut dire que Charles était un homme et non plus un petit garçon, mais même s'ils ne se parlaient pas très souvent à cause de cette différence, il avait toujours été gentil avec elle. Sauf quand Hortense était là. Il ne parlait qu'avec elle et elle ne faisait que glousser ce qui avait le don d'agacer la très jeune Julia. Jean-Baptiste ne voyait rien, alors peut-être que Julia avait déjà le diable en elle pour imaginer pareil scenario.

Quelqu'un cria "Où est Jean ?" C'était Eugénia qui scrutait l'horizon à la recherche de son fils. Il était là un instant plus tôt. Puis Julia le vit dériver mais ne comprenait pas. Charles la regardait et comprit. Il plongea pour ramener son cousin vers le rivage, mais l'orage de la veille avait amoncelé branches et feuillages qu'il dût contourner, perdant un temps précieux alors que Jean tentait désespéramment de refaire surface. Henri rejoignit Charles pour porter secours à son fils. Les femmes observaient la scène entre larmes et inquiétude. Eugénia criait et suppliait. Pas Julia. Aucune larme, aucune inquiétude, aucun cri. Elle restait là à regarder la Vesle emporter son frère adoré, pétrifiée. Oui elle était pétrifiée, statufiée pourrait-on dire. Pourtant elle semblait afficher un visage impassible; sa mère ne cessera de le lui rappeler également. Eugénia avait-elle raison ? Julia éprouvait-elle du plaisir au malheur des autres, à la mort de son propre frère ? Le diable en elle était-il l'instigateur de tout cela ?

Julia mourut le même jour que son frère, du moins dans le regard de sa mère.

Une voix étouffée, roque, paniquée, s'insinuait dans ces souvenirs. Romain tentait de la ramener dans le présent. Si elle en avait eu la force, elle se débattrait, mais elle était aussi molle qu'une poupée de chiffon. Elle aurait voulu le regarder pour qu'il comprenne qu'il était trop tard mais ses paupières étaient trop lourdes. Le supplier ? Sa voix refusait d'émettre le moindre son.

Elle abandonna la surface froide de la baignoire pour des bras qui la soulevaient agilement, puis les bras pour un lit chaud et douillet. "Non ! que sont-ils en train de faire ?  Non je ne veux pas !". On l'ausculte, on observe ses veines tranchées, on les bande, "mais que font-ils ? Laissez-moi !". Puis plus rien. Combien d'heures, de jours se sont écoulés ? N'était-ce que des minutes ? Julia était en vie, mais pourrait-elle jamais se remettre ?


avatar
Julia Ponsardin de Nansac

Messages : 28
Points : 39
Date d'inscription : 28/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Confessions intimes à Fontainebleau

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum