[RP-lieu] La Lanterne Rouge

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Anna le Sam 19 Oct - 21:36

Je regardais l'homme sans comprendre ce qu'il disait. Mais de quoi me parle t-il ? Mais je le suis vierge, je ne suis pas mariée encore, mais que me veut-il? Je voyais ses yeux glisser sur moi, il y aurait ajouté les mains que ça n'aurait pas été plus indécent ! Je ne voyais pas son visage mais je n'aimais pas son regard c'est certain. Je commençais à être inquiète là.

Machinalement je croisais les bras sur ma poitrine, reculant pour m'éloigner de lui.


Je vous dis qu'il y a un malentendu, je ne travaille pas ici !

J'essayais d'être ferme, j'ignorais si cela aurait un impact sur lui, mais j'espérais que cela me donne assez de courage pour lui faire entendre raison s'il devait insister encore.
Il ouvrit la porte d'une chambre, je n'étais pas loin de chuter, en reculant j'y étais quasiment adossée. Me rattrapant au mur, j'aperçus Fauve en fâcheuse posture, un énorme bonhomme poilu sur le dos. Je devins écarlate en détournant les yeux avec une rapidité que je ne me soupçonnais.


Seigneur...


La main de l'homme effleura mon visage que j'écartais alors qu'il la glissait dans mes cheveux, me faisant tressaillir. Il voulait savoir où était ma chambre, Seigneur, Seigneur, mon Dieu au secours. Plus de doute cette fois, bien que je n'en avais guère, sur l'objectif de l'homme.

Je ne vous le dirais pas ! Cela ne vous regarde pas ! Laissez-moi tranquille maintenant !

Sa main continuait de me caresser, me glaçant de tout mon être. Elle se posa sur mon bras tandis qu'il me murmurait des mots incompréhensibles. La fin toutefois je l'avais bien saisie et ne manquais pas de rebondir dessus.

Mais il est interdit de me toucher ! Laissez-moi maintenant ou je crie !

Je n'y tenais pas mais pas du tout du tout, je savais déjà la remontrance que j'allais prendre, mais si je n'arrive pas à calmer cet homme il me faudra de l'aide.

Anna

Messages : 44
Date d'inscription : 12/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Gregory Sandre le Dim 20 Oct - 0:58


    Quelle emmerdeuse, bien comme sa mère ! Voilà ce que je grommelais quand Anna insistait pour que j'aille avec elle à l'animation royale qui aurait lieu quelques jours plus tard. C'est bien le dernier endroit où j'ai envie d'aller, j'imagine bien que Mariana sera là bas, collée aux fesses de la Reine pour changer. Au moins, ici, je ne risque pas de la croiser, ce qui me convient très bien.

    Finalement, elle m'a fait le coup du "bon j'irais seule alors mais dans tous les cas, j'irais !" Donc là j'ai eu deux choix : la séquestrer ou l'emmener. J'avoue que la première solution était tentante mais finalement je me suis laissé avoir par sa tête de cocker battu. Et on s'étonne après que je ne veuille pas de gosses ! Pff quelle plaie. Elle a fini par gagner et sortir de ma chambre toute joyeuse d'avoir eu le dernier mot.

    Je vais enfin avoir la paix on dirait, je m'allonge sur mon lit et ferme les yeux mais le calme est de courte durée, j'entends des éclats de voix dans le couloir. Je me relève en grognant et ouvre la porte. Un peu plus loin j'aperçois Anna avec un homme...Mais qu'est ce qu'elle fait encore là elle ? Je m'approche et entends la fin de la conversation et surtout le moment où elle lui dit de ne pas la toucher. Il n'y a pas besoin d'être d'une intelligence supérieure pour comprendre ce qu'il se passe.


    C'est bon, pas besoin de crier davantage, on t'entend déjà dans tout le bâtiment. Files dans ta chambre et que je ne t'entende plus.

    Je me tourne finalement vers l'homme qui est à moitié dissimulé par une cape. Je souris légèrement, sans doute encore un gars marié qui ne veut pas qu'on remarque son petit penchant pour les femmes.


    Alors une chose simple, vous voulez passer inaperçu ? Vous évitez cette fille là, elle est pas à vendre que ce soit pour une seconde, une minute ou une heure. Vous mangerez les pissenlits par la racine depuis belle lurette le jour où un homme la touchera, on est d'accords ?

    Je regarde par-dessus la rambarde et voit les filles qui sont libres d'ici. Je repère Angèle qui m'a l'air seule.

    Vous aimez les blondes on dirait.

    Je siffle après Angèle et lui fais signe de me rejoindre vite fait pour s'occuper du gaillard qui se trouve là.

    Celle-ci devrait vous plaire, elle est douée, amusez-vous bien.

    J'attends qu'elle nous ai rejoints et qu'elle s'occupe du gars avant de repartir, on sait jamais qu'il se rebifferait.

Gregory Sandre

Messages : 169
Date d'inscription : 05/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Anna le Dim 20 Oct - 18:10

Je n'étais pas bien rassurée quand même, mais pourquoi j'ai mis si longtemps à remonter ? Si ma mère m'aperçoit sur le palier, ça promet d'être terrible. Je repoussais l'homme quand j'entendis une voix familière derrière lui.
J'étais soulagée en voyant Greg, je serais enfin débarrasser de cet homme et pourrais monter me coucher en oubliant toute cette histoire.

C'est sèchement qu'il m'intima l'ordre de regagner ma chambre et de me taire. Je me gardais bien de protester et fila sans me faire prier, grimpant les marches quatre à quatre, jupons en mains.



Angèle venait de terminer son "affaire" quand elle releva la tête au sifflement venant de l'étage. L'ami de la patronne la sonnait, il ne fallait pas le faire attendre. Et surtout pas question qu'une autre fille le prenne celui-là, c'est un plaisir pour les yeux et pour la...le... ses instruments professionnels.

Elle s'empressa donc de le rejoindre et le caressa doucement, faisant de même à l'homme avec lui. Finalement c'était l'autre qu'elle devrait satisfaire, elle ne distinguait rien de lui mais il avait l'air d'avoir une belle allure aussi. Et puis un client est un client alors c'est parti !


Bonsoir trésor. Je suis Angèle. Tu veux passer un peu de bon temps avec moi ? Il a raison je suis très douée, la meilleure !

Elle le disait toute un nombre incalculable de fois mais peu importe, tant qu'elle pouvait appâter l'homme. Elle accentuait ses caresses, l'entraînant en direction d'une des chambres.

Anna

Messages : 44
Date d'inscription : 12/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Robert Starque le Dim 20 Oct - 19:13

Bon apparemment, c'était pas un rôle qu'elle jouait, et elle avait la voix tellement haut perchée qu'elle avait rameuté le malabar de la baraque qui l'avait envoyée direct dans sa chambre et c'est qu'elle bronchait pas. Brave fille, bien soumise et obéissante, ça lui donnait des idées au Starque, Alors, quand en plus l'homme en question lui expliqua qu'il mangerait les pissenlits par la racine le jour où un homme la toucherait, il prit ça pour un réel défi qu'il se plairait à relever. Mais pas maintenant, pas comme ça. Il avait raison le grand brun, il voulait passer inaperçu ici, mais il trouverait bien une manigance pour approcher la petite blonde et parvenir à l'avoir, car quand il se mettait une idée en tête, il ne lâchait pas l'affaire, même si ça devait lui prendre du temps.

Une blonde ça m'ira, peu importe tant qu'elle est jeune.

L'homme siffla une des filles qui s'empressa de venir nous rejoindre. Trésor...Ça le faisait bien rire. Il la suivit jusque dans sa chambre et referma la porte à clé après y être entré.

Je n'ai pas envie d'être dérangé.

La chambre était peu illuminée, juste quelques bougies qui permettaient de voir où on mettait les pieds. Il se dirigea vers un fauteuil qui se trouvait dans un coin de la pièce et s'y installa, s'y mettant bien à son aise.

Il parait que tu es douée...Prouves-le moi, je veux un petit spectacle avant d'amorcer les festivités si tant est que tu arrives à m'exciter...

Un léger sourire vint naître au coin de ses lèvres alors qu'il se débarrassait de sa cape. Vu la luminosité de la pièce, il faudrait vraiment qu'elle soit collée à lui pour distinguer ses traits et pour l'instant, il n'était pas question de corps à corps.


avatar
Robert Starque
Marquis de Genlis

Messages : 138
Points : 164
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Elise. le Lun 21 Oct - 12:02


La porte s'était refermée dans la pénombre d'une chambre où Angèle se donnerait pour la sixième fois de la soirée. Il voulait un petit spectacle ? Monsieur n'était donc pas pressé, alors elle allait prendre son temps, tout son temps. Elle commença à se déhancher sensuellement au rythme de la mélodie lointaine qui s'échappait du rez de chaussée. Ses mains l'accompagnaient en fébriles caresses, parcourant son corps de la nuque à ses cuisses d'où glissèrent lentement ses bas lorsque ses bottes furent délacées à la même cadence.

Elle ne quittait pas du regard l'homme, cherchant à y lire son approbation,alors qu'elle ôtait le serre-taille de sa sous-robe blanche. La lueur des bougies faisait entrevoir par transparence, les formes généreuses de la jeune femme. Elle se retourna, offrant à la vue du spectateur lubrique, ses fesses qui se mouvaient lascivement alors que du bout des doigts, elle se déshabillait, poursuivant ses brûlantes caresses.
Elle cacha son épaule dénudée en se retournant vers lui d'un sourire amusé. Taquine, elle laissait se rouvrir sa robe avant de la refermer, puis s'approcha de lui, les parties de son corps s'appuyant sur le genou ferme de l'homme.

S'offrant ainsi à lui, elle se pencha pour l'embrasser langoureusement avant de subitement se dérober dans un éclat de rire, reprenant sa concupiscente danse, alors que ses doigts experts parcouraient son corps jusqu'à atteindre les zones les plus érogènes qui soient. Ils glissèrent de ses lèvres charnues, le long de son cou, avant de s'attarder voluptueusement sur sa poitrine pour disparaître un court instant dans la chaleur de son intimité.
Elle accompagnait ses mouvements de petits soupirs d'aise à l'attention du voyeur face à elle.

Puis, féline, elle rejoignit le sol pour ramper jusqu'à lui afin de lui faire profiter de ses mains et de sa bouche expertes, désireuse des siennes.  
avatar
Elise.

Messages : 60
Points : 64
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  François le Mar 22 Oct - 11:16

( pardon pour retard )
La jolie frisée lui rappelait sa jeunesse a Dudule ,il en avait connu des femmes avant sa Gertrude y faudra qu 'il écrive un livre là dessus , la main de la fauvette ' sur lui et la v'là qu elle veut l 'emmener dans un coin rien que pour eux .Je te suis ma beauté , mais t 'aurais pas une gamelle d 'eau pour mon chien poubelle y attends dehors le bougre ,et me met pas de cheveux sur mon veston sinon la Gertrude elle vient t 'y voir Dudule s'aventura a toucher un sein de sa chérie d 'un soir boudiou c est du bon ,bien ferme et tout mais il faut pas trop tarder si elle veut jouer avec popol il est au grenier et il pourrait redescendre ate cave ben vite Dudule zieute a côté pour êtes sur qui personne ne le reconnaisse il est connu Dudule dans cette ville il y a vingt ans p -être trente les femmes faisaient la queue pour ... lui causer du pays
avatar
François

Messages : 10
Points : 12
Date d'inscription : 13/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Robert Starque le Mar 22 Oct - 23:20

Il observait le spectacle, son regard suivait ses gestes, coulant sur ses formes qu'elle se plaisait à mettre en avant dans le but de susciter son désir. Lentement, elle se défaisait de ses vêtements, les laissant tomber au sol. Un léger sourire naquit au coin de ses lèvres face à cette vue qui, si elle n'était pas déplaisante, ne parvenait pas encore à l'amener à la désirer.

Elle vint contre lui et lui donna un baiser, ce qui le surprit quelque peu, elle se donnait vraiment entièrement la petite, en général elles ne veulent pas de ce genre d'échange, trouvant cela trop...Intime. Il la laissa jouer contre lui sans la toucher alors qu'elle venait se poser sur son genou pour dégrafer sa robe, lui offrant une vue totale sur sa nudité.

Il suivit du regard ses gestes, précisément dirigés avant qu'elle ne vienne ramper devant lui et le rejoindre. Il l'arrêta dans son élan alors qu'elle rapprochait dangereusement ses mains de son entrejambe.


Pas encore ma belle... Le loup n'est toujours pas de sortie. Continues...Et appliques toi un peu plus.

Un léger sourire vint s'afficher au coin de ses lèvres. Chacun de ses mots, de ses gestes était toujours pesé et réfléchi. Il savait pertinemment que faire ce genre de réflexion à une prostituée allait la vexer, elles si fières de la seule chose qu'elles soient capables de faire...Alors mettre en doute leur unique compétence...Soit elle prenait la mouche, ce qui l'amuserait grandement, soit elle s'appliquerait et à voir combien de temps il lui faudrait pour se lasser.


avatar
Robert Starque
Marquis de Genlis

Messages : 138
Points : 164
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Elise. le Jeu 24 Oct - 11:45

 

Angèle allait poser les mains sur l'entrejambe de son client quand elles furent arrêtées soudainement. Elle ouvrit la bouche de surprise, ne s'attendant pas à ce refus. Jamais aucun homme ne l'avait encore retenue aux portes du désir et de l'envie.
Elle se reprit et se recula, non sans cacher sa frustration et sa vexation.


Que je m'applique ??? Je suis excellente, si le loup est frileux alors que je suis bouillante, c'est que le loup a un problème mais ça ne vient pas de moi !

Elle ne connaissait pas ce client et sitôt dit, sitôt regretté. Elle ne pouvait prévoir ses réactions et oser remettre en doute la virilité d'un mâle n'est jamais très bien perçu, du moins en dehors de ceux qui le demandent. Pourvu qu'il soit l'un de cela, mais le ton narquois qu'il avait employé pour donner ses ordres, ne le laissait pas présager.

Elle afficha une petite moue sensuelle comme pour s'excuser alors qu'elle prenait place sur ses genoux pour reprendre lascivement sa danse. D'un mouvement rapide et contrôlé, elle se retourna pour se dandiner lentement, présentant à l'homme, une paire de fesses fermes et rebondies qui effleuraient son visage.

Elle s'éloignait de lui comme elle était venue, les genoux frottant sur le tapis, lui laissant la vue sur sa lune toute ronde et offerte. S'allongeant sur le dos, elle reprenait ses caresses toujours plus ardentes et dirigées sur sa chaude intimité pour revenir sur sa poitrine qu'elle pétrissait tantôt avec douceur, tantôt sans ménagement.
Le contact de ses doigts humides sur la pointe de ses seins provoquait à Angèle frissons et faibles gémissements.

Elle l'attendait, elle voulait à ce moment précis qu'il s'approche et prenne le relais, qu'elle s'occupe de lui comme elle s'occupe d'elle. Elle voulait en finir comme à chaque client, espérant chaque fois que les heures qui s'égrenaient comme de des minutes, la rapproche de la fermeture de la Lanterne.


Laisse la bête sortir de sa tanière trésor, j'ai très envie de jouer avec.

Elle se redressait pour lui faire face, l'implorant du regard comme il devait aimer. Si pour l'exciter elle devait être soumise, soumise elle serait. Elle se plierait à toutes ses volontés pour lui plaire. L'objectif de la blonde, outre satisfaire ses clients, était de les fidéliser. Plus elle aurait de clients réguliers, plus son avenir serait assuré.
avatar
Elise.

Messages : 60
Points : 64
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Lou... le Jeu 24 Oct - 19:07

« La louve », c’est comme ça qu’on avait surnommé Lou à Lyon, elle avait malgré ses réticences, un bonne réputation, et avec l’expérience qu’elle avait acquise, la belle avait monté ses prix, ainsi que commencé à sélectionner sa clientèle, même si parfois, par gentillesse, elle satisfaisait quelques miséreux, pourvu qu’ils soient propres ! Le truc, c’était qu’elle avait jamais vraiment su refuser à Eddy !

Eddy avait su la comprendre, et ce n’était pas le cas des sœurs de l’orphelinat… Elles lui avait mené la vie dure au départ, car même si elle était sage, il y avait des corvées à ne pas refuser… « Lou » on lui avait donné ce nom, car il parait que sur son médaillon, il y avait un « L » comme Louise… Manquait plus qu’on l’appelle comme ça et c’est bon ! Dès qu’elle avait grandit un peu, elle avait demandé qu’on l’appelle Lou, les nonnes ne voulaient pas, mais lorsque ce prénom qu’elle n’aimait pas était prononcé, souvent elle ne répondait pas ! Rebelle la petiote !!

Tout ce qu’elle savait d’elle, c’était ce médaillon, une religieuse lui avait confié, que c’était une fille de joie qui l’avait déposé là bas… Aux sœurs de la charité, on ne refuse pas les enfants, mais on aide pas vraiment les pauvres, il y aurait trop à faire et peu d’argent en stock pour tout gérer, mais si c’était sa mère qui l’avait déposé là, elle aurait pu s’en inquiéter parfois !

A seize ans, elle veut fuir tout ça et retrouver celle qui l’avait enfanté, c’est important de savoir qui on est, même si on est pas grand-chose, évidemment, il n’est pas facile de croire que le rêve d’une princesse, devient la Cendrillon du coin, une sorte de conte mais à l’envers ! Chez la curaille, il y avait du pain et de l’eau tous les jours, dehors ce n’est pas vraiment pareil…

L’errance fut longue, sans doute plus qu’elle n’avait imaginé, et l’estomac avait souffert, autant que le reste. Mais, alors qu’elle mendiait au coin d’une rue sombre de Lyon, un homme fut touché de la voir ainsi… Et en échange d’une pitance quotidienne, elle faisait quelques repas pour ses employés, ce qu’elle n’avait pas tout compris, était que ceux-ci, pour la plus part des femmes, se vendaient, contre quelques sous !

Elles portaient de plus jolies frusques qu’elle, et l’idée était tentante, sauf qu’elle ignorait en quoi cela consistait ! Orsini la met en garde, mais elle veut essayer… Ca paye bien une vierge, mais ce prix là, le client ne le paie qu’une fois ! Après c’est moins cher pour la novice, et enfin, les prix grimpent avec la qualité des services ! Si Sœur Margaux voyait ça, la punition aurait été sévère, mais elle n’avait plus à penser à tout ça !

Elle ne cesse de chercher sa mère, et la vieille Augustine, cuisinière chez les coiffes blanches, lui avait dit que si c’était celle qui l’avait amené, emmitouflée dans les langes, elle s’appelait « Rose ». Il devenait difficile avec le temps de retrouver une femme dont on savait peu, et même si Eddy l’avait aidée à avoir plus d’informations, 16 ans c’est beaucoup, et des Roses y en avait trop, un pseudo utilisé à tout bout de champ pour ne pas dire trop souvent ! Malheureusement, il décède, et l’ambiance n’est plus la même, Elise se fait harceler par Lambert, qui veut prendre la suite de feu son époux !

Elise Orsini, a tenté vainement de maintenir la barre, sauf que ce foutu Lambert lui met les bâtons dans les roues de tous les côtés. Le manque d’Eddy se fait sentir, lui il avait une certaine autorité sur le réseau en question, une femme, surtout si elle est fine et belle, on lui laisse pas trop le choix, c’est en général, marche ou crève, d’ailleurs beaucoup préfèrent creuver !

Lou s’était acopinée avec Justin Meunier, un homme simple et fatigué, il avait son âge, mais présentait bien encore pour n’avoir pas trop pratiqué la vie difficile. Celui-ci était clerc de notaire, la louve savait pas trop ce que ça voulait dire, mais elle savait qu’il avait de la fortune, pas énormément, mais assez pour deux, c’était mieux que rien, et avec lui comme amant, pas besoin de se vendre ailleurs, elle savait ce qu’il voulait.. Le truc, c’était que sa famille ne l’avait pas accepté elle, et si les fiançailles étaient prononcées, le mariage avait été consommé, avant même d’avoir été annoncé !

Justin était gentil, adorable même, et trop malade pour assumer une protection comme il se doit. Avec toutes ces émotions, et ce avant de lui passer la bague au doigt, son cœur lâche en pleine action, des ébats mémoriaux, qui ne resteront que dans sa mémoire à elle, vu que lui, venait de passer à trépas ! Ce n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd, Lambert refait son apparition, il ne l’avait pas perdue de vue, et les rabatteurs du coin n’ont de cesse de la harceler, la belle se cache en vain, usant de l’influance de la fortune de feu Monsieur Meunier clerc de notaire, jusqu’à ce que la famille légitime de ce défunt Juju, vienne la mettre à la rue pour récupérer l’héritage ! Difficile de porter un nom, décidément, la malchance est avec elle !!

Pour ne pas finir dans les mains de ce piètre protecteur de catins, elle prend son courage à deux mains, comme elle l’avait fait à sa seizième année, et utilise de ce qui lui reste d’argent, pour filer à Paris, deux robes et quelques bijoux, voici tout ce qui lui reste, mais… Paris est grand, il parait même qu’on y fait fortune, comment, là est la question !

Sa belle chevelure presque rousse, et sa robe de la haute société, font d’elle une dame en apparence, dans une coiffure joliment montée, et un minois à faire damner l’évêque, elle arpente les rues bondées, cherchant quelqu’emploi gratifiant, pour ne pas faire la manche… Et ses trentes années, ne s’affichent pas comme telles, le diable lui-même lui en donnerait 5 de moins, sans oublier ce regard noisette, si clair qu’en plein soleil on eut cru qu’il fut vert, pour que le charme ne lui soit pas offert qu’à moitié et cette fois, faire succomber toute gente confondue, vers le côté obscur de la chambre ! ^^

Grande et élancée, elle porte l’élégance sur elle, nue ou habillée, un vrai régal pour qui sait y faire, et Pierrot dit le Ruffian, en savait quelque chose, un copain de Lambert qui venait se faire plaisir du temps d’Eddy, celui là, elle connaissait son affaire, et il payait bien. Il avait suivit un peu le déroulement des choses, mais ne s’était occupé que d’Elise et la grande maison. Lou n’était pas restée pour ne pas se retrouver dans la mouise, et puis à l’époque il y avait Justin !

On lui avait parlé que le quartier n’était pas sain, il y avait pas loin une maison close, « La lanterne rouge »… Il ne faisait pas bon trainer par ici, mais Paris n’est pas la porte à côté de Lyon, Lambert n’est pas partout, de plus elle n’avait plus eut de nouvelles des filles, et moins encore d’Elise. Elle avait certainement tout vendu à l’autre fou furieux, tu parles d’un protecteur ! Une ex prostituée n’avait plus sa place dans le monde, sauf, de là où elle était partie, c’était la dure loi de la vie, et la douleur faisait partie du lot !

Elle s’était faite surprendre par la nuit, aucune boutique voulait l’embaucher, sauf la lingère qui voulait bien la sous payer pour le travail, tout en prétextant que la paillasse servant de lit dans le coin de la boutique, c’était comme un loyer pas payé ! Tout est bon à prendre, et avec une moue proéminente, elle accepte à contre cœur… Le couvert n’étant pas dans le contrat, elle se dirige vers la boulangère du coin, pour grignoter ce soir, avant de se mettre au travail !

Sur le chemin du retour, un homme l’accoste d’un éclat de voix :


LOU ??? C’est toi ???

Se faire repérer à Paris, c’est pas la meilleure des choses, et le pire dans l’histoire c’est que c’est le Ruffian qui l’appelle ! Là, c’est la cata, s’il la chope, c’est Lambert qui va être content, alors faut ruser, et d’une voix élégante, elle fait la Dame :

Monsieur, je crains que vous ne vous trompiez… Cependant l’erreur est humaine, excusez moi… Je suis pressée !

Un sourire mal embouché, celui d’une pimbêche prétencieuse, et la voilà traçant la route, sans vouloir s’arrêter. Mais cela était sans compter sur la détermination du rabatteur la connaissant, qui l’attrape par le bras en insistant… Elle gromèle de la lâcher, et se défait de l’étreinte, mais cette fois c’est la chevelure qu’il agrippe, avant de la coller contre le mur qui entoure un jardin et une grande maison éclairée.

Tu vas pas m’la faire à moi ! J’te connais la belle, j’t’ai sauté assez souvent pour savoir comment qu’t’es faite !

Son visage fait face au sien, elle peut sentir son haleine, et son cœur s’affole indubitablement, alors qu’elle se défend d’être celle qu’il croit…

Môssieur je vous assure !!! Lâchez moi ou je vais crier !

En vain, elle se défend, et lui la malmène, jusqu’à lui arracher une partie du haut de son vêtement.

Crie la rousse ! Crie ! Ca nous rappell’ra des souv’nirs ! Alors ça y est ? T’as r’trouvé ton Elise ? Angèle a pas suffit comme avertiss’ment ? J’m’en vais t’en donner un peu plus qu’elle n’en a r’çu… Viens par là !

Il l’entraine entre deux ruelles, ici personne ne sort quand on entend crier, le soir les sages restent chez eux, ils se fichent de qui tombe… D’ailleurs, les fenêtres de la maison se sont fermées d’un coup, et si des rideaux animaient quelques pièces, plus rien ne les faisait bouger.

Je ne connais personne de ces noms… Je vous en prie, laissez moi partir !

Cette fois, il ne dit plus rien, mais ses gestes n’ont pas d’équivoque, il la frappe sans cesse, ses poings sont forts, et ses pieds ne savent pas s’arrêter, elle est au sol, blessée et hurlant, alors que sans pitié il continue son œuvre… Yeux pochés, lèvre fendue, presque nue et sans force, elle est telle une poupée désarticulée sur ce trottoir où plus aucune vie n’ose s’aventurer… A cet instant, il ôte le dernier rempart pour l’achever, lui offrant les derniers outravges, riant comme à son accoutumée après avoir fini son ouvrage, il sort sa lame bien affûtée et la lui plante dans le ventre, avant de murmurer :

Tu diras à Élise, que si elle n’accepte pas tous les termes du contrat, la prochaine fois, c’est un cadavre qu’elle trouvera !


Sur ces mots, il s’en va et la laisse mourante sur le pavé froid, jamais elle n’avait vécu telle terreur, Pierrot était le maître en ce genre de jeux, plus d’une fois il lui avait raconté comment il torturait ses victimes, sauf qu’aujourd’hui, elle était devenue l’une de ces pauvres vies…

L’heure s’écoulait, et elle était inerte, la douleur ne lui laissait pas trop de place pour la réflexion, mais il lui en fallait peu pour se rendre compte que la lanterne devait être à Elise, de plus, avec une telle réaction, ça impliquait que la belle n’avait pas cédé à Lambert et qu’il devait lui faire vivre l’enfer sur terre ! Le pire dans tout ça, c’est qu’elle ne saura jamais que Lou venait de se faire planter sur son trottoir, alors que Lambert lui, va planter Pierrot, d’un car il s’est trompé de fille et de deux, pour ne pas avoir ramené Lou qu’il cherche partout à Lyon !

Un cocher qui avait pour habitude de ramener quelques clients à la lanterne, la trouva gisante dans une marre de sang… Il balaya du regard le lieu dit trop dangereux pour la bourgeoisie parisienne et emporta la rousse dans sa voiture jusqu’à l’établissement qui avait ouvert ses portes à cette heure ci !

Y A QUELQU’UN ?

S’écriait il en passant par la cuisine pour pas affoler les clients !

V’NEZ VITE… ELLE VA CREVER !

L’homme la couche sur la grande table de bois et la couvre d’une couverture, alors qu’inanimée, la belle était déjà perdue dans les bras d’un Morphée peu conciliant !


Dernière édition par Lou... le Jeu 24 Oct - 22:17, édité 1 fois
avatar
Lou...

Messages : 49
Points : 49
Date d'inscription : 22/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://ileparadis1950.forums-rpg.com/g3-cliente

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Robert Starque le Jeu 24 Oct - 20:57

La garce, pensa t-il. Il ne dit rien, esquissant un léger sourire à ses paroles. Toi, tu perds rien pour attendre...Mais pour l'heure, il lui fallait garder le contrôle. S'il réagissait trop vite, la donzelle aurait tout le loisir de fuir ou d'hurler si elle se sentait agressée. Lui, il était plus subtil que ça, plus...sournois sans doute. Alors quand il la vit se ressaisir, il ne dit rien et la laissa poursuivre.

Il ne pouvait pas dire que ça ne lui faisait pas un certain effet, mais outre l'acte en lui-même, il voulait s'amuser un peu, aussi lorsqu'elle se redressa et vint vers lui avec un regard implorant, il se leva et tourna autour d'elle. Alors qu'il se trouvait derrière elle, une de ses mains vint se poser sur son ventre et remonta lentement sur ses courbes féminines alors que l'autre s'attardait sur son bras pour aller rejoindre son poignet.

Se rapprochant d'elle encore un peu plus, jusqu'à ce que leurs corps se touchent après qu'il ait défait la boucle de sa ceinture qui retenait son pantalon, il pencha le visage vers son cou suffisamment près pour qu'elle sente son souffle sur sa peau mais pas assez pour l'effleurer de ses lèvres. Il laissa ses mains la parcourir quelques instants alors qu'il murmurait à son oreille :


Tu sembles aimer être soumise, prouves-le moi donc...

Un sourire vint naître sur son visage, à la fois méprisant et mauvais. Alors que sa main qui remontait lentement le long de son corps se dirigeait vers son cou, il l'enserra avec fermeté tandis que son autre main maintenait son poignet. Il la souleva pour l'emmener sur le lit et la posa violemment dessus, la faisant se mettre à genoux. Voilà ce qui l'excitait réellement, la sentir entièrement soumise, non pas parce qu'elle le voulait mais parce que lui le désirait. Il resserra son étreinte sur son poignet pour l'empêcher de bouger et la prit avec force.

Un objet, voilà ce qu'elle était pour lui. Ni plus, ni moins. La seule différence est que le fait qu'elle se débatte, le fait qu'elle puisse souffrir l'exaltait bien plus que toute autre chose. Il prenait plaisir dans la souffrance des gens. Etre cruel était son passe-temps. Mais cela, il ne pouvait le montrer au grand jour, alors, dans l'obscurité de la chambre d'un bordel, il se lassait aller à son plaisir, resserrant un peu plus sa main posée sur son cou à chaque mouvement qu'il faisait, manquant de l’étouffer. Il la sentait faiblir sous ses doigts et cela était la plus grande jouissance qu'il connaisse.


avatar
Robert Starque
Marquis de Genlis

Messages : 138
Points : 164
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Elise. le Ven 25 Oct - 12:04

(Fauve avec Dudule le 15 octobre)

       

Le vieux ne boudait pas son plaisir et c'est qu'il avait les mains baladeuses le bougre ! Fauve lui souriait tout en l'imitant, si bien sur elle avait une préférence pour les jeunots, surtout les inexpérimentés, ça durait pas bien longtemps, à peine rentré déjà sorti, celui-là ne ferait pas long feu non plus.

Elle ne doutait pas que le vieillard ne s'attarderait pas dans l'antre de la Fauve, mais c'est qu'il est pas fort ragoûtant et fermer les yeux pour une professionnelle comme elle, était tout bonnement impossible et plutôt interdit.
Il ne faudrait pas que le client se plaigne à madame Elise.

Alors qu'elle allait le conduire dans une chambre il lui réclame une gamelle d'eau pour son chien. Et puis quoi encore?!


On ne fait pas dans la garde d'animaux ici. De toutes façons ça ne va pas durer bien longtemps mon tout beau, tu fais ton affaire et tu vas lui filer à boire à ton clébard. Et si ça presse ce sera de la vinasse.

Elle se recollait contre lui en lui souriant.

Oublie ton clebs et ta bonne femme, occupe-toi de moi plutôt.


(Angèle avec le sadique Razz  )



La blonde commençait à perdre patience entièrement nue sur le sol. Elle le suppliait du regard, elle l'attendait, le voulait sans même le désirer. Mais aussi ingrat et dégradant qu'était son travail, elle le faisait et le faisait bien. Un sourire se dessinait sur ses lèvres quand il se leva. Enfin elle aurait ce qu'il voulait, ce dont pourquoi il payait et une fois l'affaire conclue, chacun passerait à autre-chose. Elle, elle s'offrirait une fois encore à un parfait inconnu et lui regagnerait la douceur de son foyer et l'accueil d'une épouse ignorante, et tous deux s'oublieraient sitôt la porte claquée.

Du moins c'est ce que croyait la belle, mais elle n'était pas prête d'oublier le passage de ce client.

Elle s'était relevée et lui souriait alors qu'il l'étudia du regard avant de se tenir derrière elle pour parcourir son corps pâle. Elle sentit la fermeté de son partenaire quand il laissa choir son pantalon en se collant à elle. Ce contact lui provoquait  une sorte d'excitation naturelle et l'avidité d'en goûter plus.

Pourtant le souffle chaud dans son cou la fit frémir. Ce n'était pas tant les paroles prononcées, paroles qui étaient plutôt fréquentes, les hommes aimaient montrer leur domination et réduire les femmes, en particulier les femmes comme elle, à de vulgaires objets, une sous espèce. Ils étaient prêts à débourser de l'argent pour écraser ou humilier, asseoir leur petit pouvoir ou  passer leurs frustrations personnelles. Et Angèle et ses compagnes d'infortune le savaient mieux que quiconque, coutumières de la pratique. Pourtant, cette fois, au-delà des mots c'était le ton employé autant que son regard et son sourire déments qui la glacèrent.

Un frisson parcourut tout le long de sa colonne vertébrale et elle s'écarta instinctivement de lui. Enfin ça c'est ce qu'elle aurait voulu, mais le temps lui manqua. Il tenait fermement son cou d'une main puissante. Elle essayait de se débattre et de le repousser mais son poignet était lui aussi entravé. Elle qui était rassurée qu'il ne prenne pas mal sa petite raillerie, commençait réellement à s'inquiéter. Elle aurait voulu crier et on serait venu à son secours mais cela lui était impossible. Et puis, c'était sans doute le fantasme du client, un rôle qu'il s'octroyait pour un soir, mais qu'il jouerait jusqu'à une certaine limite. Elle aurait voulu s'en convaincre, mais tous ses sens et son expérience lui hurlaient le contraire. Un homme de Lambert ? Il avait promis de passer à l'acte si Elise ne lui cédait pas, elle avait été violemment agressée à leur arrivée à Paris, et si cette fois elle était tuée pour sa loyauté et prouver à la patronne qu'il ne plaisantait pas ?

Un cri à peine inaudible s'échappa de sa gorge prisonnière, mais hors de la chambre il n'aurait su être entendu ou tout juste confondu pour un gémissement banal d'une prostituée et de son client. Elle avait été rudement projetée sur le lit où elle tenta une nouvelle fois de fuir mais en vain. Elle luttait et se débattait quand il s'engouffra sans ménagement en elle. Elle aurait pu s'évanouir sous l'atroce douleur qu'il lui infligeait, mais paradoxalement, cette même douleur et cette sauvagerie la maintenaient consciente.
Elle sentait le plaisir de cette brute qui la martelait sans discontinuer alors qu'elle étouffait de plus en plus sous son emprise.
Un mot qu'elle aurait voulu ne jamais prononcer franchit ses lèvres, elle avait conscience de lui donner satisfaction mais la peur et le mal furent aussi fort que l'instinct de survie.


Pitié...


Elle l'avait articulé tant bien que mal dans un dernier effort surhumain avant que le manque d'air ne la fasse défaillir.
avatar
Elise.

Messages : 60
Points : 64
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Elise. le Ven 25 Oct - 12:56

(Quelques jours plus tard, l'arrivée de Lou )

J'étais dans mon bureau où je prenais un verre avec Greg, profitant du calme contrastant avec le grand salon où filles et clients s'enivraient dans des rires surjoués. Nous évoquions l'avenir d'Anna que je souhaitais éloigner de la Lanterne. Je ne souffrais plus autant de la voir maintenant qu'elle n'était plus enfant, je ne dirais pas qu'elle devenait une fille comme les autres qui auraient pu m'indifférer, non bien sur je savais qu'elle était ma fille, mais elle avait grandi et n'avait plus besoin de moi. J'en étais soulagée, elle n'était plus la fillette blonde qui cherchait à plaire à sa mère pour s'en faire aimer mais bientôt une femme qui pouvait se débrouiller sans moi.

Je me devais pourtant de lui assurer un avenir, plus encore dans cette période sombre.


Pour le moment elle s'occupe de la cuisine et du ménage, mais je ne veux pas la garder ici trop longtemps, Eddy ne l'aurait pas voulu. Elle a passé sa vie dans un pensionnat à étudier ce n'est pas pour jouer les bonniches dans un bordel. Et la renvoyer au couvent je n'y tiens pas, tu ne pourrais pas veiller sur elle, ou alors il faudrait la mettre au cloître. Si elle décide de prendre le voile, il faudra l'y encourager.

Je tirais sur mon tabac quand un vacarme se fit entendre. Une voix forte résonnait me faisant me lever prestement afin d'aller voir.

Mais enfin qu'est-ce qu'il se passe ici? C'est quoi ce raffut?????!!!

Ne voyant rien dans la salle principale, rien que des filles curieuses se précipitant sur moi et des clients interloqués, je pris le chemin de la cuisine adjacente.
J'entrais vivement et mon regard se porta alors sur un corps ensanglanté et inanimé. Je ne le reconnus pas de suite, ce n'est qu'en l'étudiant de plus près que je crus distinguer sans certitude une ancienne fille d'Eddy.

Ne la laissez pas là, montez-là dans une chambre. Et qu'on me nettoie ça !

Le sang dégoulinant sur la table et le sol n'était pas du meilleur effet pour la clientèle qui jetait un oeil en passant près de la porte.
Il me fallait envoyer quelqu'un chercher un médecin. Je me tournais vers Greg afin de me rassurer sur tout cela, comme je l'aurais fait avec Eddy. Je m'appuyais beaucoup sur lui en ce moment, et j'étais soulagée de l'avoir à mes côtés.
Anna était descendue, intriguée par le bruit. Je ne pensais même pas à la renvoyer j'avais la tête ailleurs, prise par les événements.


Allez chercher le médecin tout de suite !

Je montais voir la vicime et commençait à essuyer ses plaies avec le linge trempé dans la cuvette d'eau fraîche qu'Ernestine, la bonne, avait apporté.

C'est Elise, tu m'entends ? Qui t'a fait ça ma belle ?

Le sang semblait ne pas vouloir s'arrêter. Je soulevais les lambeaux de sa robe pour examiner la profonde entaille de son ventre. J'espérais que le médecin ne tarde pas si on ne voulait pas que ce soit le croque-mort qui franchisse le seuil.
avatar
Elise.

Messages : 60
Points : 64
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Lou... le Ven 25 Oct - 16:06

Elle gisait dehors… J’savais pas où l’em’ner, vu qu’elle était à côté, j’ai cru qu’elle était des vôtres !

Le pauvre cocher était paumé, et attendit de savoir si on avait besoin de lui pour aller chercher le médecin du coin ! Ce n’est pas que ça l’enchantait, mais il ne pouvait pas assurer ses courses, alors qu’il était couvert de sang, c’est qu’il ferait fuir le client en passant pour un assassin en fuite. De toute façon, pour l’instant la question ne se posait pas, la pauvre fille n’avait pas l’air en forme ! Bon Dieu ! Mais qu'est c'qu'elle foutait là dehors ? Se disait l'homme, tout en imaginant le pire et pensant que les rues étaient de moins en moins sûre !

Agonisant sur la table, elle n’avait pas entendu tout le raffut qu’avait fait le bonhomme, ni même la cohue qu’elle avait provoqué en attérissant sur ce lit de bois, la pauvre dans son délire, revivait ses derniers évènements, ainsi que ses derniers outrages… En se défendant intérieurement, et sans bouger en réalité, elle n’arrivait qu’à gémir, entre souffrances physiques et morales… Etait elle compréhensible dans ce qu’elle parvenait à dire ? A peine audible certainement, mais rien de réellement cohérent ! Dans sa tête il l'empoignait encore, la frappant au visage pour qu'elle fasse peur aux clients pendant un bon moment :


NON NON Pitié… Pas ça !

La voix fébrile était effrayée, la rousse tremblait, étouffant dans ce fort intérieur, où le drame se reproduisait inlassablement, alors qu'elle insistait en ce mensonge qu'il ne croyait pas... Pourquoi donc l'aurait il cru, il la connaissait bien, et apparemment elle jouait mal le rôle de la doublure ! Et lui tel un charognard, avait empoigné la viande saignante sur le pavé, pour se repaitre de sa douleur en y ajoutant l'outrage !

C’est pas moi...

Cette phrase, elle l'avait répété des centaines de fois, trahissant ce qu'elle était et pensant sauver sa peau... Évidemment, c''était en vain, Pierrot n'était pas dupe, il avait caressé sa peau des dizaines de fois, et assouvit ses désirs en des plaisirs souvent immondes, mais le client avait toujours été roi, alors tant que ça paie,on ne rouspète pas trop, sauf quand les limites sont dépassées... Elle se sent soulevée encore, accentuant sa douleur, sans même parvenir à se tenir ce ventre sanguinolant !

HAAAaaaaaaaaa.. ..

Blessée jusqu'au plus profond de son âme, elle sent à peine la chaleur de ses larmes recouvrir son visage, elle avait pleuré avant, et le ferait en se réveillant, surtout devant le visage quand elle verrait son minois tuméfié ! Encore à se débattre, elle atterrit  sur un lit, et les enfers pourtant lui ouvrant les bras, se sont ses paupières qui tentent de se lever… Comme sortant de cette torpeur immonde, mais sans réellement parvenir à s’en détacher. Associant le songe aux gestes de ceux qui la transportent, elle croit qu'il n'est plus seul à la battre et qu'au final ce serait l'inévitable mort...

Laissez moi…

Sa voix n’était pas plus claire, et elle ne parvenait à rien distinguer de ce qui l’entourrait, enveloppée d’un épais brouillard, où il lui semblait sombrer à chaque instant.

Elise ?

En entendant la veuve Orsini se présenter, cela la sort lentement des bras de ce Dieu du sommeil, difficilement, certes, mais elle y parvient, s'épuisant plus encore en le faisant... Cette fois, la voix est féminine, et du fond de sa nuit, cela l’aide à s’accrocher pour revenir à la vie… Elle doit savoir... il faut le lui dire... Au pire, une fois que le nom fut dévoilé, elle se laisserait choir dans la pénombre, juste le temps de se reposer...

Le … … le Ruffian !

On aurait cru qu'elle avait fait un cent mètres, et que pour ça, elle y avait laissé ses poumons en plus de son palpitant, mais il fallait aller jusqu'au bout de sa révélation... La déglutition difficile, lui fait mal dans la gorge, alors qu’elle avait gardé dans sa bouche le goût prononcé du sang qui s’échappait d’elle… Fébrile et presque aphone, elle parvint à parler encore une fois, et assez longtemps avant de sombrer dans les méandres de sa nuit !

Il a dit.. .. .. Tu dois… … accepter… le contrat… sinon… il… hooooo … … … nous tue.. ra.
avatar
Lou...

Messages : 49
Points : 49
Date d'inscription : 22/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://ileparadis1950.forums-rpg.com/g3-cliente

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Robert Starque le Sam 26 Oct - 13:54

[Toujours avec Angèle]

Un sourire de satisfaction, de plaisir, vint naître sur ses lèvres lorsque le murmure de la catin arriva à ses oreilles. Le supplier, voilà bien une des choses qui l'excitait, il aurait aimé qu'elle le dise de façon plus audible mais elle semblait à bout de forces. Il relâcha son étreinte sur son cou en la sentant défaillir et se pencha vers elle tout en poursuivant ses assauts et lui murmura :

Ne t'endors pas ma belle, on ne fait que commencer...Tu ne voudrais pas me vexer tout de même.

Elle n'était plus aussi fière qu'au départ la blonde, mais il était hors de question pour lui qu'elle s'évanouisse, son plaisir en serait réduit à néant. Il empoigna ses cheveux et la tira vers lui, cela devrait suffire à la réveiller pour de bon. Un léger gémissement franchit alors ses lèvres, sans doute de douleur, mais dans l'esprit sadique du Starque, c'était une véritable jouissance d'entendre ce genre de cri. Mais cela ne lui suffisait pas, il la voulait non seulement soumise mais implorante alors encore une fois il se pencha vers son oreille et lui dit :

Dis-moi que tu aimes ça, supplies-moi de continuer...
 
Si elle était assez maline, elle ferait ce qu'il lui disait. Plus vite elle s'exécutait, plus vite il aurait terminé, mais son supplice ne faisait que commencer et encore fallait-il qu'elle soit suffisamment convaincante pour le satisfaire. Malheureusement, la patience ne faisait clairement pas partie des qualités du Starque, si tant est qu'il en ait et la supplication se faisait attendre sans doute plus parce qu'elle avait du mal à reprendre ses esprits qu'autre chose, mais de cela, il se moquait bien.

Il tira un peu plus sur sa chevelure et ajouta :


Qu'as-tu dit ? Je n'entends rien. Parles plus fort espèce de sale petite traînée.

Le ton était ferme et laissait ressentir une pointe d'impatience voire d'agacement. Elle avait tout intérêt à lui obéir car ce n'était rien en comparaison avec ce qu'il pourrait encore lui faire subir.


avatar
Robert Starque
Marquis de Genlis

Messages : 138
Points : 164
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Anna le Sam 26 Oct - 20:38

Les pages se tournèrent à mesure que les mots défilaient, toujours plus prenants, plus mystérieux au fil des chapitres. J'étais allongée sur mon lit après une banale journée, une journée maussade et routinière. Je ne retrouvais le plaisir de mes romans qu'une fois la cuisine et le ménage achevés.

Intérieurement je bouillais, pourquoi m'avait-on sortie du couvent si c'était pour m'interdire de sortir et me promouvoir fille de cuisine d'un sordide bordel ? Personne ne répondait à mes questions, j'en avais assez. J'ai toujours été la gentille petite fille douce qui se taisait pour ne pas déplaire à une mère qui ne lui jetait pas un regard, mais je ne veux pas de cette vie. Pourtant j'enfouissais ma colère, me contentant de sourire.

Mais hier soir j'étais sortie en douce pour profiter d'un semblant de liberté et avec l'espoir de discuter avec mon nouvel ami. J'avais rencontré un homme aussi courtois que charmant, distingué et cultivé, bien loin des hommes que je pouvais apercevoir ici.
J'avais grand plaisir à converser avec Robert, lui au moins ne me traitait pas comme une enfant !

Mes pensées et ma lecture furent interrompues par du brouhaha dans les couloirs. Les délaissant, je me levais et m'enroulais dans une robe de chambre légère, pour descendre l'escalier qui conduisait au palier du premier étage.

J'avançais doucement, cachée derrière les longues colonnes de pierre et les boiseries pour ne pas réitérer la mésaventure de l'autre soir, surtout dans cette tenue, certes bien plus décente que celles des filles mais pas adéquate pour ce genre de lieu.

Des hommes soulevaient une personne visiblement blessée mais je n'y voyais guère de là où j'étais. Ma mère pénétra dans la chambre d'où ils ressortirent, me permettant alors d'approcher.
La porte n'était pas fermée et je n'eus qu'à la pousser à peine pour entrer. Mon regard se porta alors sur le corps ensanglanté dont je ne savais détacher les yeux malgré la nausée et la peur m'envahissant.

D'une petite voix j'osais alors signaler ma présence.

Que s'est-il passé ? Puis-je t'aider mère ?

Elle ne soupirerait pas du terme employé cette fois. Je n'avais pas le droit de dire maman ou mère, ne devant l'appeler qu'Elise, mais si j'accédais à toutes ses demandes sans broncher, celle-là je refusais de m'y résoudre pourtant.
Ordre ou réprimande ? C'est en silence que j'attendis qu'elle prenne la parole.
avatar
Anna

Messages : 44
Points : 52
Date d'inscription : 12/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Gregory Sandre le Sam 26 Oct - 21:36

    On était en pleine conversation avec Elise quand on a entendu du bruit en bas. Je me suis levé et je l'ai suivie, assez perplexe il faut bien l'avouer. Du bruit, c'est fréquent ici, mais comme ça ...C'est plus bizarre ! Et là, tout s'est enchaîné très vite. Une fille avait semble t-il été agressée, encore une...Angèle en avait fait les frais deux fois de suite ces derniers jours. C'était qui cette fois ? Je m'approche et regarde la fille que je ne connais pas mais qu'Elise, elle, semble bien connaitre.

    Quand Elise demande un médecin, bien sûr, personne ne bouge. Pourquoi c'est toujours moi qui court partout pour en trouver un hein ? Je redescends donc les escaliers quatre à quatre, apparemment, on a pas fini d'en entendre parler de ce Lambert et de ses hommes, mais pour l'instant, il y a d'autres choses à penser. Je sais qu'Elise va voir un médecin de temps en temps pour les filles, pour des plantes, visites de routine et j'en passe. Elle m'en a parlé il y a quelques jours et m'a dit dans quel secteur il se trouvait.

    Seulement, allez tambouriner à la porte d'un médecin alors que vous même vous n'avez pas spécialement l'air très avenant et je dirais même que j'ai une bonne allure de brigand, pour lui demander d'aller soigner une prostituée qui s'est fait éventrer et tout ça en pleine nuit...Moi, ça me laisse dubitatif. Après une bonne course, me voilà dans la rue dont Elise m'avait parlé. Je regarde chaque porte jusqu'à, enfin, apercevoir un écriteau de bois où il est écrit "Docteur Formane". Ah ben il a un sacré nom lui !

    Me voilà à tambouriner à la porte alors que le pauvre homme doit déjà être couché mais là, j'ai vraiment pas le temps de prendre des gants alors quand il sort enfin, je lui explique ce qu'il se passe.


    Docteur, une jeune femme a été agressée, elle perd beaucoup de sang, il faut que vous me suiviez très vite, j'ai peur qu'elle ne tienne pas bien longtemps !

    J'ai tout spécialement évité de lui parler de prostitué, de bordel, de règlement de compte et j'en passe au risque de l'effrayer. Me voilà reparti en sens inverse à montrer le chemin au médecin une fois qu'il a pu se rhabiller et prendre ses affaires...


avatar
Gregory Sandre

Messages : 169
Points : 183
Date d'inscription : 05/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Elise. le Dim 27 Oct - 0:39

(la pauvre Angèle toujours avec le dangereux psychopathe pale  )

Angèle fut sortie de cette apparente sérénité dans laquelle elle venait de plonger, par la main de son cruel bourreau qui la tirait violemment en arrière, lui arrachant des mèches de cheveux au passage.

Une larme glissait le long de sa joue pâle. Douleur ou peur ? Probablement un peu des deux. Elle comprit que son calvaire ne faisait que commencer et le souffle de l'irascible bête à son oreille la confortait que trop dans cette perspective.
Un cri presque étouffé s'échappa alors qu'il l'empoignait plus fort par sa tignasse défaite.

Elle aurait voulu, elle aurait dû retenir ce maigre son, cela lui aurait évité la souffrance qui la tiraillait crescendo, dessinant sur le visage outrageusement maquillé, une grimace de douleur.


Lâchez-moi s'il vous plait, laissez-moi tranquille...


Elle n'était plus Angèle, la beauté blonde du bordel mais la petite Camille qui loin dans sa mémoire, s'était retrouvée vendue à un riche client par un trop peu scrupuleux fiancé alors qu'elle n'avait pas seize ans. Son innocence avait fondu aussi rapidement que la neige sous le faiblard soleil de cette matinée de mars. La pureté de Camille avait alors laissé place à déchéance d'Angèle, quand toute la nuit cette brute l'avait souillée sans ménagement.


Sept années plus tard, la pluie avait remplacé la neige, le sordide décor de la chambre était différent et pourtant si semblable que celle où elle se trouve présentement, à subir les assauts toujours plus féroces de l'homme dans toute la sauvagerie qui le caractérisait.
La nausée amère de cet écoeurant souvenir lui insuffla un regain de courage et du regard elle chercha un arme improvisée qui lui permettrait de se défendre et de fuir.
Elle n'avait pas répondu à ses ordres entrecoupés par la rudesse de ses martèlements en elle et les répercutions ne se firent pas attendre. A ce moment là elle supplia dans son fort intérieur, de s'évanouir. Elle allait jusqu'à retenir sa respiration dans cet objectif alors qu'il insistait de plus en plus fort pour qu'elle le supplie.

Angèle vit au chandelier oublié sur la table de chevet l'espoir d'achever cette torture. Rassemblant le peu de force qu'il lui restait, elle tendit le bras pour s'en saisir mais ce ne furent que le bout de ses doigts qui y parvinrent. Elle se hissait encore un peu tandis que le monstre sur elle la violentait toujours plus fort pour la faire obéir.
L'adrénaline et l'instinct de survie lui permirent de se tourner juste ce qu'il faut pour écraser le candélabre sur la tempe saillante du visage déformé d'une jubilatoire jouissance  alors que d'une voix forte et haineuse elle répétait non plus une supplication mais un ordre à son tour.


J'ai dit LACHEZ-MOI !


Elle ne sentit plus la douleur dans la précipitation et elle s'empressa d'atteindre la porte, ne réalisant que trop tard qu'elle était close.
avatar
Elise.

Messages : 60
Points : 64
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Robert Starque le Dim 27 Oct - 0:43

Angèle a écrit:Lâchez-moi s'il vous plait, laissez-moi tranquille...
Il esquissa un léger sourire lorsqu'elle le suppliait même si ce n'était pas en ce sens là qu'il l'avait demandé. Alors, une fois encore, il lui dit sur un ton ferme :

Hum...Ce n'est pas ça que je t'ai demandé. Je t'ai demandé de me supplier d'en avoir encore, pas d'arrêter...

Il poursuivait son oeuvre alors que le plaisir de la voir ainsi s'accentuait un peu plus à chaque instant. Le pantin désarticulé ne lui donnait cependant pas entière satisfaction, il redemanda, encore une fois, qu'elle le supplie, mais rien, rien ne venait. Il commençait à perdre patience et n'hésitait pas à le lui faire savoir, que ce soit en gestes ou en paroles. Mais s'il est une chose qu'il n'avait pas vue venir c'était qu'elle empoigne le chandelier et se retourne pour le frapper avec.

Pendant un instant, il fut arrêté net. Il posa sa main sur sa tempe d'où un peu de sang coulait. Il était un peu sonné et regardait autour de lui pour retrouver dans son champ de vision la garce qui avait osé lui faire ça. Un sourire naquit sur ses lèvres lorsqu'il la vit coincée à la porte, tentant de l'ouvrir. Il avait eu le loisir de se remettre du vilain tour qu'elle venait de lui jouer, la donzelle n'étant pas au mieux de sa forme non plus.

Alors, lorsqu'il arriva à sa hauteur, il lui donna une gifle magistrale puis la saisit par la taille et la plaqua face contre le mur. Il posa une de ses mains sur sa bouche pour l'empêcher de crier, il ne manquerait plus qu'elle alerte tout le bâtiment. Il était prévenu cette fois, elle avait de la ressource et il ne se laisserait plus avoir par son apparente fragilité. Alors qu'il la maintenait contre le mur, il lui murmura :


Moi qui m'étais montré si doux avec toi....Il fallait me le dire tout de suite si tu préférais quand c'était sauvage, on aurait moins perdu de temps.

Il la reprit alors, plus violemment encore si cela pouvait être possible, n'hésitant pas à emprunter un passage...sans doute moins usité, ce qui ne devait pas être très plaisant pour la donzelle. Il poursuivit son labeur jusqu'à ce que son plaisir soit total. Lorsque ce fut le cas, il la laissa retomber au sol et la regardant d'un air méprisant.

Tu as peut-être raison finalement en disant être la meilleure de ce bordel. Tu m'as donné bien du plaisir...J'ai hâte de renouveler cette expérience avec toi.

Il se rhabilla, remit sa cape et remonta sa capuche sur son visage avant de lui jeter une bourse pleine d'argent. Il déverrouilla la porte et l'ouvrit légèrement puis se retourna une dernière fois vers Angèle.

A bientôt ma Belle...

Un sourire sadique s'afficha sur son visage avant qu'il ne quitte les lieux, tâchant de se faire plus discret qu'à son arrivée.


avatar
Robert Starque
Marquis de Genlis

Messages : 138
Points : 164
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Elise. le Dim 27 Oct - 14:58

   
Elle avait beau tourner la poignée nerveusement en tous sens, repoussant loin la clé dans la serrure, rien ne la faisait céder. Elle n'en avait plus guère de force, elle avait eu peine à retrouver son souffle quand ce malade avait tenté de l'étrangler, ce qui l'avait épuisée.

Elle tapa du poing sur l'épais bois avec l'espoir d'être entendue et secourue, mais elle fut projetée en arrière par une gifle si violente qu'elle manqua de l'assommer. Elle savait que cette fois elle était perdue. Il allait la tuer pour de bon.


Je suis désolée je ne le referais plus. Pitié ne me tuez pas, laissez-moi.

Des larmes coulèrent sur ses joues attendant le coup de grâce, le repoussant tant bien que mal dans un ultime effort. Elle aurait voulu hurler mais la main du monstre lui bâillonner la bouche, ne laissant à peine échapper qu'un inaudible son.
Elle avait été si durement plaquée contre le mur qu'elle entendit lourdement résonner son corps endolori sur lui.

Les paroles qu'il prononça présageaient le pire, il allait se montrer plus brutal qu'il ne l'avait été jusqu'alors. Angèle n'eut pas le temps de se demander si cela était possible, qu'une puissante douleur lui déchira les entrailles lui provoquant une forte nausée et des hauts le coeur au rythme des soubresauts de l'homme en elle qui se faisait plus bestial que jamais.

Bien qu'elle serrait les dents, de légers cris et des grognements de souffrance s'évadèrent de cette main écrasante. Elle pleurait toujours, des larmes de douleur mêlées de rage. Elle qui plus tôt suppliait de ne pas mourir, priait dorénavant d'être achevée. Mais les martèlements toujours plus intenses déchiraient ce lieu d'intimité, fragile de par son étroitesse. Il ne s'arrêtait pas malgré le sang qui en découlait, poursuivant encore et encore son immonde besogne.

Sans n'avoir à le regarder, elle pouvait voir le sourire terrifiant sur son visage et le plaisir le gagnant toujours plus. Ce n'est qu'au bout d'interminables minutes de cette furieuse torture qu'il la libéra enfin. Angèle se laissa glisser lentement au sol, pour s'y poser sur les genoux. Elle avait les yeux clos, attendant qu'il la tue mais au lieu de cela elle entendit le bruit de la ferraille des louis s'entrechoquant dans une bourse négligemment jetée.

Elle ne répondit pas à cette bête, gardant pour elle-même ses pensées pour ne pas subir de nouveau cet effroyable calvaire. Jamais madame Elise ne le laissera réitérer, comme Eddy, elle protégeait ses filles et cet infâme pourrait se chercher un autre bordel si jamais il avait la chance d'échapper à la lame.

Elle resta ainsi prostrée un long moment ne pouvant bouger malgré le besoin de quitter cette chambre.
C'est finalement Rubis qui, inquiète de ne pas la voir redescendre, donna l'alerte.
Cette nuit-là Angèle ne fermera pas l'oeil pas plus qu'Elise qui devra s'organiser afin que ce genre de scène ne joue plus dans son établissement. Elle devait surtout rassurer les filles mais elle n'était pas naïve la rouquine, elle savait pertinemment que cela se reproduirait encore. La folie de l'Homme naît de ses plus primaires instincts.
avatar
Elise.

Messages : 60
Points : 64
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Elise. le Mar 29 Oct - 0:16

Je continuais d'éponger le visage de Lou en attendant l'arrivée du médecin. Greg y était parti et je priais qu'il fasse vite. Outre la tristesse de la perdre, un cadavre alors que la Lanterne ouvre à peine, serait une bien mauvaise presse. Oui j'ai toujours eu un sens des priorités assez particulier mais logique. La vie d'une fille contre la survie de toutes les autres, dont moi, il n'y a pas à tergiverser bien longtemps. Mais j'aurais tout de même de la peine si elle devait y passer.

Je sursautais à l'arrivée d'Anna que je n'avais pas entendu. Je rinçais encore une fois le linge à présent souillé dans la cuvette d'eau sans me retourner, écoutant Lou qui tentait de m'expliquer péniblement. Lambert, j'aurais dû m'en douter !


Je suis désolée Lou, tellement désolée...

J'essuyais rageusement une larme avant de m'adresser à Anna sans la regarder. Je ne voulais pas qu'elle me voit si vulnérable, elle m'avait déjà vu tant de fois en larmes à devoir supporter sa présence, mais cette fois l'histoire était toute autre et je ne voulais pas l'inquiéter.

Retourne te coucher, ce n'est pas pour les enfants.

Je frissonnais à l'idée qu'elle aurait pu être sur ce lit, dans cet état. Je n'avais jamais pu l'aimer et pourtant j'étais horrifiée à cette perspective. Lou était en proie aux cauchemars, probablement la fièvre la faisant délirer. J'aurais voulu l'apaiser mais je n'étais guère en mesure de le faire.

Greg revint enfin, il avait pourtant fait vite mais l'angoisse avait arrêté le temps. Je me levais pour laisser le médecin s'occuper d'elle et j'allais me tenir près de Greg. J'étais encore plus pâle que naturellement et je manquais de défaillir à la vue du sang sur mes mains et sur ma robe noire que les tâches plus sombres ne laissaient de place au doute.

Je fis un effort surhumain pour ne pas faillir et m'écrouler sous le lourd poids de la culpabilité. Je me serrais contre Greg à l'entrée de la porte pour sentir sa présence et son soutien.


Elle va s'en sortir n'est-ce pas docteur ?

Mon regard passait du corps gisant sur le lit au médecin pour s'arrêter finalement sur le sol.

Tout ça c'est ma faute Greg. Qu'est-ce que j'ai fait ?
avatar
Elise.

Messages : 60
Points : 64
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Lou... le Mar 29 Oct - 17:14

« Il a dit.. .. .. Tu dois… … accepter… le contrat… sinon… il… hooooo … … … nous tue.. ra. » C’était sa dernière phrase, Elise l’avait elle entendue ? Et juste après arrivait le médecin…

La vie était en tous points cruelle, les diableries de Lambert avaient raison du moral des troupes, ou presque, et alors que la louve flanchait entre deux eaux, s’accrochant à la rive de la vie, elle sentait les bons soins de l’Orsini, comme un souffle d’air frais sur sa chair endolorie. Il est des gestes que le subconscient interprète souvent à sa manière !

Alors qu’elle se débattait en luttant pour sa survie, autour d’elle arrivait la blondinette et Greg qu’elle ne connaissait pas, et un homme de belle stature, éméché par un réveil brutal, portant une mallette assortie à sa liquette marron, entrainé par le vaillant ami de la tenancière !


Départ précipité :


Je dormais comme un loir, la journée à l’hôpital m’avait occupé et fatigué, il y a tant de gens malheureux qui ne peuvent payer les soins les plus rudimentaires, que je me dévoue corps et âme à l’attention de ces pauvres miséreux ! Clothilde, mon infirmière, se charge des moins malades, elle est d’une aide sans pareille, autour de moi, je l’avoue, j’ai pour la plupart des assistants, des gens moins compétents, mais surtout volontaires…

Ma fatigue n’avait pas laissé de temps à mon sommeil, il avait saisit mon esprit à peine ma joue posée sur l’oreiller, et emporté comme je l’étais dans les bras de Morphée, je vaquais entre les services refaits de mon service hospitalier… En somme, je rêvais qu’un richissime donneur anonyme m’avait gratifié de ses bons soins, pour parfaire le confort et la pratique de ces urgences sanitaires !

Cependant, je n’étais, en réalité, parvenu qu’à faire poser une enseigne en bois sur ma porte, et à jouer la récupération pour les lits dans le service et quelques draps, les moins abîmés qu’ont bien voulu nous donner les bourgeois moins pingres que d’autres ! Sur ma pancarte j’y avait fait graver mon nom et le nom de l’hôpital, j’espérais ainsi que quelques donnateur du quartier chic, daigne bien faire une offrande, mais cela était trop demandé, au pire, il faudrait songer à quémander auprès des services du roi, peut être accepterait il de subventionner quelques matériel indispensable à la survie de celui-ci, peut être en y ajoutant une petite école !

Je me voyais dans mon bureau, applaudit par ma foule d’employés et de patients, heureux comme un pape d’être parvenu là où nous en étions arrivés, mais… alors que je tentais de faire cesser ces tapes accentuées dans leurs mains, pour pouvoir en placer une et faire mon discourt, ceux-ci en rajoutaient au lieu de les faire taire ! Je me fâche et faisant signe d’arrêter les bravos qui s’augmentaient, je fus surprit à me réveiller, en entendant taper à ma porte d’entrée, alors que j’étais dans mon lit à dormir poings fermés et en si belle aventure ! Quel triste retour à la réalité, non ?

J’enfile ma veste sur ma chemise de nuit, et je vais ouvrir la porte sans ôter mon bonnet qui penche de côté… Croyez vous vraiment que celui-ci maintient la coiffure la nuit ? Ou encore évite de s’enrhumer ? Dieu seul sait cela, ainsi que celui qui l’a inventé, cependant, en ouvrant la porte dans ce ridicule accoutrement, je vois devant moi un jeune homme qu’il me semble avoir croisé, et je suis prêt à hurler sur sa tête, quand sans me laisser le temps de rouspéter sur l’heure, il me parle d’une jeune femme blessée…

J’aurais dû faire facteur, là j’aurais dormi plus longtemps ! Et le bonnet sur la tête, la chemise aux pieds, les chaussons, ma mallette de soins d’urgence et mon veston long en daim, je pars sur le champ, emboitant le pas à cet homme, tout en ajustant péniblement mon tricorne sur ce fichu de nuit que je n’avais pas enlevé !

Sur le chemin menant à l’infortunée blessée, je n’entendais que le souffle court de mon guide et le mien, nous marchions vite dans cette nuit noire, où seules quelques lanternes venaient éclairer nos pas… Devrais je être rassuré ? Il m’étais impossible de placer un mot, encore à essuyer les dernières traces que Morphée m’avait laissé dans la brume palpable de mon esprit, je frotte mes yeux et cligne souvent, pour bien voir où m’emmène cet homme presque inconnu.

Le quartier ne semble pas sain, et même si j’ai l’habitude de fréquenter ces lieux, j’avoue qu’à cette heure, les traverser me semble bien inquiétant ! Si la dame est mourrante, elle a dû s’y faire agresser dans le coin… Je n’y promènerais pas mon chien, et heureusement, je n’ai pas d’animal ! Plus on s’avance, plus je me réveille, regardant ici et là que personne ne me voit entrer sous le porche de « la lanterne rouge » ! J’aurais voulu imposer ma voix, mais elle fut étrangement à cet instant, coincée dans ma gorge, surtout en croisant dans les couloirs, toutes ces demoiselles à demi-nues, j’ai vu plus d’un corps lors de mes visites médicales que j’ai pratiqué, mais là, je crains que l’effet n’est pas le même, et si après tout je ne suis qu’un homme, j’évite de regarder ces filles aux atouts attisants, pour ne pas laisser mon esprit se détourner de ma tâche !

J’entre dans la chambre, précédé par mon guide, une jeune fille blonde et Elise Orsini que j’ai croisé quelques fois, sont là, au chevet d’une rousse inanimée… Je soupire, et je ferme les yeux une seconde ou deux, tout en me posant la question, « Où donc me suis-je fourré ? »… …

Celle que je prenais pour une Dame, pas une pauvrette des rues, mais sachant vivre dans un minimum de bourgeoisie, se jetait dans les bras de celui qui m’avait mené jusqu’à ce lieu de perditions… J’en reconnais quand même une ou deux, dont je croise le regard pour ne pas me cogner en ne regardant que parterre… Il est vrai que dans ce genre de profession libérale, on ne vient pas en se montrant du doigt pour donner son métier au médecin qui nous soigne.

Je découvre la blessée, déchire ce qu’il reste de sa robe en lambeaux pour mieux voir la plaie, et alors que la dame s’inquiète sur le sort de son ouvrière, je secoue la tête désespéré, en faite j’ignore encore son état, elle n’est pas belle à voir, le visage tuméfié, elle doit avoir deux côtes cassées, je les sens sous mes doigts, mais le plus évident et plus urgent à soigner, est cette vilaine blessure au ventre !


Veuillez m’apporter de l’eau chaude, des chiffons propres, du savon de Marseille et une seule personne avec moi… Nous devons la dévêtir, je dois la voir en entier, pour ne pas avoir d’autres surprises sur son corps ! Nous saurons si elle va s’en sortir… Et… En même temps, que quelqu’un me dise ce qu’il lui est arrivé ! Vous vous êtes battues ?

Elise s’accuse du drame, et nomme son compagnon Greg… ça je l’ai entendu, mais ce que j’aimerais vraiment savoir, c’est qui à fait ça ? Elles se sont disputées ? Battues ? Quelle conclusion pourrais en tirer ? Elle dit que c’est sa faute !

Lou :

Allongée, elle est sous le choc, et après les délires, c’est l’inconscience qui dure un bon moment… Une heure, voire deux, le temps dans ces limbes imposées, ne vous prévient pas du temps qu’il doit vous garder, mais en ces terres virtuelles de notre esprit, l’âme torturée à un bon côté, il ne ressent que moins la douleur, même presque plus, elle laisse son regard balayer ce qui l’entoure, cherchant une voie de sortie et Elise aussi… Elle doit être prévenue que cette fois, ce n’était qu’un avertissement, que dans les jours à venir, cela risquait d’être plus dangereux !


Dernière édition par Lou... le Sam 2 Nov - 2:00, édité 1 fois


avatar
Lou...

Messages : 49
Points : 49
Date d'inscription : 22/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://ileparadis1950.forums-rpg.com/g3-cliente

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  François le Jeu 31 Oct - 20:24

( fin du rp avec fauve )
Dudule avait suivi la beauté tout excité après ses caresses , elle marchait bougeant son popotin puis arrivés dans une chambre enfin ça lui ressemblait il y avait pas de tableau comme dans la sienne ah oui Gertrude en posait partout il chassa de sa tête l 'image de sa femme ,retira ses bretelles son frocson pantalon son attirail caché dans un slip large style kangourou il le laissa tomber ,vite ça va rester en forme ben longtemps

La beauté rien que de s'approcher et quelques caresses bien placées le Dudule se sentait plus et quelques heures instants plus tard , la beauté lui demanda de se rhabiller ce qu 'il fit et lui donna quelques billets , il la regarda encore une fois

puis retourna dehors et là ..  il mit sa main sur sa poitrine et tomba , il sentit des léchouilles du chien "poubelle " , un passant s 'arrêta dudule lui chuchota qu 'il partait heureux et que son chien devait être emmené à l 'église et ne jamais dire a sa femme d'ou il sortait elle serait capable de le faire réanimer pour le tuer ensuite

( Dudule ne répondra plus il est mort ! )
avatar
François

Messages : 10
Points : 12
Date d'inscription : 13/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Gregory Sandre le Ven 1 Nov - 20:32


    Elise vient se blottir contre moi et à part la serrer dans mes bras pour lui montrer que je suis là, j'avoue que je ne sais pas vraiment quoi faire. On est face à une situation qui ne m'est pas habituelle et si faire acte de présence est dans mes cordes, trouver les mots pour la soutenir, c'est un autre problème. Je me place face à elle et prend son visage dans mes mains pour lui relever et qu'elle me regarde.

    Hé...Tu n'as rien à te reprocher...Ce qui arrive n'est pas ta faute. Si tu avais cédé, il y aurait eu d'autres problèmes, sans doute pas mieux que celui-là.

    Je dépose un baiser sur son front et relâche mon étreinte.

    Tu devrais monter te reposer, je vais m'occuper de ça.

    Et ça, c'était dans tous les sens du terme. Je ne comptais pas laisser ses vauriens continuer leur petit manège. Je finirais par les trouver et quand ce sera fait, j'espère pour eux qu'ils courent aussi vite qu'ils sont prompts à faire des menaces. Je la pousse un peu pour qu'elle quitte enfin les lieux et aille dans sa chambre et me retrouve avec le médecin. J'appelle une des filles pour qu'elle amène tout ce que le médecin a demandé et lui réponds :

    Elles ne se sont pas battues non, ce n'est pas parce que ce sont des prostituées qu'elles ne se respectent pas ou sont rivales, au contraire. Il vaut mieux pour vous que vous évitiez de poser des questions, dites-moi plutôt quoi faire.

    Pendant ce temps, une des filles avait apporté l'eau, le savon et les chiffons avant de s'éclipser. Elles n'avaient pas besoin de voir ça d'autant plus que ça aurait pu être n'importe laquelle d'entre elles sur cette table.


avatar
Gregory Sandre

Messages : 169
Points : 183
Date d'inscription : 05/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Lou... le Sam 2 Nov - 2:05


Ce n’est pas évident pour moi de m’retrouver dans ce lupanar, fusse t-il de luxe ou pas, mais je n’avais d’autre choix, mon serment ne laissait aucune place à la réflexion, je devais sauver cette fille, et si ce n’était pas une bagarre entre filles, ça ne pouvait être qu’une agression de la part d’un client, ou un truc du genre…

Le Greg console l’Orsini de son sentiment du culpabilité, ce n’est donc pas de ce que je pensait qu’elle a ce ressentiment, mais au vu de cette situation… Lorsqu’on fait un tel métier, on ne peut pas prétendre toujours être protégé. Il est peut être le protecteur de ces demoiselles, et n’a pas assuré à temps pour éviter le drame ? Pas de question dit il ! Alors pour l’heure je veux bien me taire, mais j’ai besoin de savoir un minimum…


Nous devons retirer tous les tissus souillés, pour être certains de trouver toutes les plaies et n’avoir aucune surprises… Et si je veux en savoir plus, c’est sur l’agression, apparemment ça n’a pas dû se passer ici, elle a ses vêtements arrachés, alors que les autres filles sont moitié nues ! Aidez moi à tout enlever, s’il vous plait !

L’eau chaude et les chiffons sont là, posés par l’une d’elles, et je ne fais qu’entendre les gémissements de la blessée…

La blessure semble profonde, mais n’a touché aucun organe vital… Par contre…

j'explore mieux la partie vaginale et les saignements dus au coup de couteau, je baisse les yeux et je me mord la lèvre…

C’est bien ce que je craignais…

Avec un chiffon propre trempé d’eau chaude et savonné, je suppure la plaie, la victime étant inconsciente, elle ne devrait rien sentir de plus ! Je recoud, comme le faisaient les tisserands au siècle dernier, mais avec un peu plus de pratique et d’expérience sur la qualité de l’œuvre, pour refermer tout ça, avant de couvrir d’un bandage qui allait tenir serré les tissus…

Elle ne pourra plus avoir d’enfant… Que voilà une triste constatation… Peut être qu’avec le métier qui est le sien, il vaut mieux qu’elle n’en ait pas…

Je dépose sur le chevet des médicaments sous forme de fioles… l’un à base de mandragore pour calmer les douleurs, et l’autre pour aider à ne pas s’infecter, après l’avoir recouverte du drap et de sa couverture…

Il faut éviter qu’elle n’ait de la fièvre, il ne faut pas la baigner avant quelques jours, et en cas de douleurs, vous devrez lui donner deux gouttes de cette fiole ci ; par contre, pas plus de six gouttes par jour, cela pourrait la tuer. Je suppose que ce n’est pas la peine de demander de l’emmener à l’hôpital ? … … Évidemment que non ! Bref, l’autre fiole va l’aider à cicatriser et guérir, deux gouttes le matin, autant le midi et pareil le soir !

De quelques onguens, je recouvre les bleus qui recouvrent le corps de la pauvre fille, je suis horrifié que l’on fasse telle chose, même si celle à qui l’on a appliqué cette sentence, est une fille de joie ! Je range mes ustensiles, la rousse n’a pas l’air de sortir de son coma… Elle est tirée d’affaire, mais c’est pas gagné !

Laissez quelqu'un près d’elle pour la veiller, j’essaierais de revenir demain soir, mais en cas de quoi que ce soit, envoyez quelqu’un me chercher, il serait préférable que je l’examine si cela saignait à nouveau…

Je me décidais à regarder à nouveau mon interlocuteur et cette fois avec un visage compatissant.

Mon serment, fait de moi quelqu’un de muet sur les patients que je rencontre et que je soigne, j’ai bien compris que le silence sera de mise en tout point, il ne faudrait pas que pour avoir négligé de m’avoir dit un détail important, je passe à côté d’un soin nécessaire, comprenez vous ?

Je n’ai pas prit ma mallette en main, je reste là encore à le jauger, tout ce que je cherche à cet instant, c’est de gagner sa confiance, car ce qui est arrivé à cette fille, peut encore arriver à d’autres, et j’ai besoin de savoir à quoi m’attendre !


avatar
Lou...

Messages : 49
Points : 49
Date d'inscription : 22/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://ileparadis1950.forums-rpg.com/g3-cliente

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Gregory Sandre le Sam 2 Nov - 13:11

    Le médecin fait son travail et me dit quoi faire, je m'exécute sans poser de questions, il connait son boulot. Je l'aide à la déshabiller pour qu'il puisse l'examiner, enfin, déshabiller est un grand mot vu ce qu'il reste de ses vêtements. Au moins, il y a une chose de rassurante, il pense qu'aucun organe vital n'a été touché donc le plus important est d'arrêter le saignement et de refermer ça. Quand le médecin parle du fait qu'elle ne pourra plus avoir d'enfants, je me dis qu'en fait, c'est surement pas un mal. Elle a de toutes façons pas l'air d'être une jeunette et c'est pas maintenant qu'elle va changer de vie.

    Il dépose quelques fioles et m'explique à quoi ça sert. Il ne faut pas la baigner, tu m'en diras tant mon grand, vu l'éventration qu'elle a eue je m'en serait douté, je sais bien ce que ça donne pour avoir testé une paire de fois malgré moi. Quand il parle de l’hôpital avant de se reprendre je le regarde d'un air dépité, forcément qu'on ne va pas l'emmener là-bas. Tout se règle en famille ici.

    Je l'aide avec ses onguents et pansement, je nettoie le sang qui a coulé sur son ventre en restant silencieux. Il faut dire que je ne suis pas très causant en règle générale et vu la situation, j'en ai encore moins envie. Le voilà qui cherche à avoir des informations, sauf que j'en ai pas vraiment à lui donner.


    Un homme nous a alertés, il l'a trouvée dans la rue derrière. Elle a juste eu le temps de nous dire qui avait fait ça. C'est tout ce que je peux vous dire. Le reste, vous l'avez vu aussi bien que moi.

    Je finis par le remercier d'être venu. Je mets le drap et la couverture sur elle doucement, si elle bouge le frottement risque de lui faire mal mais vu son état, je doute qu'elle bouge là. Je reste là quelques heures, une des filles prendra la relais plus tard que je puisse dormir un peu moi aussi. Je sens qu'on a pas fini d'en parler de ce Lambert mais je ne compte pas lui laisser la possibilité de continuer.


avatar
Gregory Sandre

Messages : 169
Points : 183
Date d'inscription : 05/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Lou... le Dim 3 Nov - 0:12


Avec Greg…

Je ne m’suis pas trompé, l’hôpital était hors de question, et le regard qu’il me tend, n’est pas pour en dire trop long, juste assez cependant pour comprendre.

La situation est tout autre que celle imaginée avec hâte… La rousse s’est faite agressé dehors, elle n’est peut être pas de la maison, mais s’ils veulent éviter le centre public de santé, peut être ont-ils peur de la récidive. J’écoute la voix de ce jeune homme, l’habitude semble l’habiter, une sorte de quotidien dans ces évènements communs en ces quartiers malfamés !


Je vois…je reste à votre disposition, n’hésitez pas !

Je le salue et je sors pour retourner à ce foutu rêve que j’ai déjà oublié !


Lou, le rêve passe…


Elle est veillée par une présence bienveillante, homme, femme, peu importait, elle n’était pas seule, mais dans sa tête, personne ne l’accompagnait ! La douleur s’était apaisée, le cœur ralenti, et la respiration plus calme. Rien ne semblait plus crisper son visage, les médocs avaient fait leur effet, et les songes étaient tout à coup revenus au calme…

La lingère chez qui elle avait postulé, avait gardé son baluchon, et elle devait commencer le soir à travailler, elle aurait un emploi respectable, et peut être qu’un jour elle rencontrerait le bonheur, le vrai ! Un homme honnête qui accepterait de l’épouser et lui faire un enfant ! Tout peut changer dans la tête d’une femme, il suffit de le vouloir !!!

Une destinée effaçant le passé, qui sait si elle y parviendrait ? Après tout, tout le monde à le droit à sa chance ! Les heures lui semblent des semaines, comme si finalement, tout s’était effacé, et que ce nouveau départ avait été le seul à rester en sa mémoire !

Un rayon de soleil vient réchauffer son visage tuméfié, et les courbatures réveillaient doucement la belle, alors que le petit jour pointait son nez. Une fille s’était endormie sur le fauteuil près de son lit, la chambre était jolie, mais elle ne reconnaissait rien de ce qu’elle contenait, ni la lingère, ni le lieu de travail… A croire qu’elle n’était pas au bon endroit ! Doucement, elle tente de se redresser, mais une douleur attroce vient arracher un cri de sa gorge, comme si un poignard l’avait saignée à blanc !


AAAAAAAAAAAAaaaaaaaa

La souffrance l’immobilise et elle se rend compte qu’elle est nue sous le drap, où donc était elle ? Que c’était il passé ? Que de questions demeurant sans réponses… Elle était peut être dans un hôpital ? Où donc était le médecin ? A moins que… Le Ruffian ! Ohhhh nonnnnnnn !!! Il l’a emmenée chez Lambert ! Elle est foutue !!! Tout arrive par bribes, l’agression, et puis le trou noir !


avatar
Lou...

Messages : 49
Points : 49
Date d'inscription : 22/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://ileparadis1950.forums-rpg.com/g3-cliente

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Elise. le Mar 5 Nov - 20:54

J'étais au bord de la crise de nerfs, coincée entre la colère et la culpabilité. Si seulement Eddy était là, lui savait gérer, mais moi ? Moi je ne suis pas vraiment de ce milieu, j'en ai longuement profité, de l'argent en conséquence, jamais je n'ai manqué de rien, jamais rien ne m'était refusée. Je savais comment Eddy le gagnait ce pognon et ça ne me dérangeait pas, du moins plus après, parce-qu'au début j'étais comme Anna, une pauvre gamine innocente de tout cela, élevée dans la tradition, le respect de la religion et tout ce qu'il fallait pour épouser mon "gentil" fiancé médecin. Et un jour je m'étais retrouvée au Bordel 'O, comme ça, sans même réaliser. La honte et la peur ne m'avaient plus quittée durant de très longs mois. Heureusement, jamais je n'avais eu à me vendre, et si j'avais eu de nombreux amants, je les avais toujours choisi, peu importe les raisons pour lesquelles je les prenais, je le faisais toujours par choix.

Eddy s'occupait de tout et je profitais et je n'ai pas honte de le dire. Après tout les hommes ne travaillent-ils pas pour entretenir leur famille ? En quoi ça devrait être différent dans un bordel ? Mais aujourd'hui tout est différent, je suis seule, je dois tout gérer...seule. Enfin pas tout à fait, j'ai Greg. Pour combien de temps ? Je l'ignore mais le temps qu'il est à mes côtés je m'appuie sur lui et dans tous les sens du terme. Je reste là un moment, dans ses bras, je ne bouge pas, gardant mes yeux clos comme pour changer ce cauchemar permanent en songes heureux.

Le médecin s'occupe de Lou, je n'aime pas les médecins et je préfère me tenir à l'écart.

Eddy disait sans cesse que viendrait le jour où je devrais poursuivre sans lui, je me moquais gentiment, je n'envisageais pas une seconde ce moment malgré notre différence d'âge. Lui était persuadé que j'avais les épaules et le caractère pour, mais là je me sens toute petite et frêle dans les bras de Greg. Il me faudra relever la tête et me battre, mais demain. Demain. Là tout ce que je veux c'est dormir et ne pas me réveiller avant demain.

Greg me connait si bien. Comme s'il avait lu mes pensées, il me propose de monter me reposer, me rassurant sur ma décision.


Tu as raison j'ai besoin de m'allonger un peu. Tu montes me rejoindre après ?

C'était une question qui avait plus l'air d'une affirmation, je le laissais faire ses affaires avec les filles autant qu'il voulait mais j'aimais qu'il dorme avec moi, je n'avais jamais aimé dormir seule, et là avec Greg notre relation était simple, il n'attendait ni ne demandait rien de moi.

Et j'espérais qu'il vienne me donner des nouvelles sitôt le médecin parti. Il fallait en plus qu'on discute de ce qu'on allait faire par la suite. J'étais fatiguée , affaiblie par le départ d'Eddy, mais quand je me relèverais, les répercutions se feront sentir. Comme le disait mon homme, on ne s'en prend pas aux Orsini sans en payer le prix, et la facture promettait d'être salée pour le Lambert !
avatar
Elise.

Messages : 60
Points : 64
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Gregory Sandre le Mer 6 Nov - 22:12


    Je suis resté quelques heures avec cette fille, à veiller, vérifier que tout allait "bien" jusqu'à ce qu'une des filles ne vienne prendre la relève. Je monte donc dans la chambre d'Elise sans faire de bruit. Je me déshabille et vais me glisser sous les couvertures. Je me rapproche et passe mon bras autour d'elle. Elle n'a pas l'air de dormir, j'imagine qu'avec tout ce qu'il se passe et surtout avec ça ce soir, elle a l'esprit trop occupé pour trouver le sommeil. Je me penche sur elle et l'embrasse sur la joue puis lui murmure :

    Ça va aller, aucun organe vital n'a été touché. Elle se repose et va s'en remettre. Le médecin reviendra dans la soirée pour vérifier que tout va bien et changer ses bandages. Ne t'inquiètes pas pour tout ça, dors un peu...

    J'ai volontairement passé sous silence les complications dont le médecin avait parlé. Elle en avait assez vu et entendu ces derniers temps. Le principal était que la donzelle soit en vie et qu'elle va s'en remettre, avec du temps sans doute, mais elle vivra. Je passe doucement ma main libre dans les cheveux d'Elise et essaye de l'apaiser, qu'elle parvienne enfin à dormir.


[Au petit matin...]



    Greg nous a demandé de veiller sur Lou chacune notre tour et au petit matin c'est moi qui m'y suis collée. Fichue vie, fichu métier, fichu bordel ! Ça aurait pu être moi là dans ce lit, ça aurait pu être n'importe laquelle d'entre nous, et surtout...ça aurait pu être fatal...Mais voilà, cette vie, ce métier, aucune d'entre nous ne l'a choisis. On ne choisit pas de vendre son corps, quand on arrive là, c'est qu'on a pas le choix. Et comme si ce n'était pas déjà assez désagréable comme ça, il fallait qu'en plus, on soit victimes de violences...

    Que ne donnerais-je pas pour pouvoir quitter cette vie, cet endroit, pour pouvoir tout recommencer, ailleurs, loin de tout ça et surtout à l'abri de ce Lambert. Elise fait ce qu'elle peut, elle nous protège, elle a pris des hommes et son ami est là, mais il faut se rendre à l'évidence : ça ne suffit pas. Nous ne pouvons plus sortir de la Lanterne sans être accompagnées et encore...Même à l'intérieur, nous ne sommes pas totalement protégées, il suffit de voir ce qui est arrivé à Angèle. C'est pas la première à avoir droit à un client violent, mais celui-là y est tout de même allé fort.

    Dans tous les cas, nous voilà toutes à attendre, comme de gentilles petites proies, de savoir laquelle d'entre nous se fera agresser la prochaine fois, par qui, quand et comment, voilà les questions qui restent en suspend et dont les réponses nous terrifient. Je commence à somnoler quand j'entends un cri. Je fais un bond sur ma chaise et regarde Lou en me demandant ce qu'il lui arrive. Je me lève en panique et m'approche d'elle.


    Lou ? Qu'est ce qu'il se passe ? Tu as mal ? Tu veux que j'appelle le médecin ? Ou Elise ?


avatar
Gregory Sandre

Messages : 169
Points : 183
Date d'inscription : 05/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP-lieu] La Lanterne Rouge

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum