[RP] Les combles du château de Versailles : la chambre d'Annabelle Orsini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP] Les combles du château de Versailles : la chambre d'Annabelle Orsini

Message  Anna le Mer 20 Nov - 16:18

Alors ça y est, je m'installais dans ce splendide château. Je vivrais comme une princesse et j'y serais heureuse. Voilà un bref résumé pour la rêveuse que je suis de ma future vie ici, mais la réalité est différente. Voilà bientôt une semaine que j'ai pris mon service comme femme de chambre des invités de Versailles. Chaque matin je me charge de leur petit-déjeuner, de la préparation de la salle d'eau et de l'habillement des hôtes de sa Majesté. Evidemment je ne suis pas seule en ce lieu, ce serait impossible. Non nous sommes nombreux et nombreuses telles des abeilles organisées dans cette ruche d'or, avec pour reine le chef du personnel. Les journées sont harassantes mais je n'ai pas à me plaindre, je travaille dur pour parvenir à mes fins. Bientôt j'espère, je passerais mon examen et avec un peu de chance j'évoluerais au sein des employés du couple royal. Comme on nous le rappelle quotidiennement, tout doit être à leur image...étincelant ! Alors je remonte les manches et je mets du coeur à l'ouvrage.

J'ai tellement de chance d'être ici que je veux bien faire. Pourtant il n'est pas simple de servir chaque jour le Marquis de Genlis qu'il me faut considérer au même titre que les autres et pour qui je ne suis qu'une domestique la journée quand tard le soir, nous ne sommes plus que Robert et Anna. Nous sommes amis, même plus que cela si nous considérons notre rapprochement et nos baisers échangés à la lueur des chandeliers d'une taverne parisienne, mais tout cela mes collègues l'ignorent et je prends garde à ce qu'ils ne devinent rien. Les rumeurs vont bon train au sein de la ruche et Robert est fiancé. Enfin il ne l'est plus, mais je sais que son coeur est pris également et par Mariana. Outre que je risque la porte, elle est le grand amour de mon oncle Greg, et à une époque nous étions amies en quelque sorte, du moins c'était une connaissance que j'aimais beaucoup et que j'admirais. Ces deux points n'ont pas changé aujourd'hui.

Tout cela est confus, ma relation avec Robert, la sienne avec Mariana, celle de Mariana et Greg. Pour le moment nous laissons faire les choses mais viendra le jour où une décision devra être prise et je connais déjà la fin de cette histoire. Mais je n'ai pas coeur à y penser. J'essaie donc de me concentrer uniquement sur mon travail le jour, et sur Robert la nuit, même si parfois les deux se rejoignent quand nos mains s'effleurent ou que nous devons réprimer le désir de nous embrasser.

Je suis conduite à ce qui serait dorénavant ma chambre. J'ai dû quitter la Lanterne où je n'étais pas réellement en sécurité. Je ne me sentais pas en danger, Greg veillait sur moi en plus, mais Robert était inquiet également de me savoir là-bas avec les filles qui s'étaient faites agressées. Il en avait d'ailleurs informé le Roi, je doutais que cela intéresse une telle personne mais je ne le connaissais pas après tout, Robert savait ce qu'il faisait. Il s'était rendu sur place pour juger de la situation et le savoir rencontrer ma mère et dans ce lieu ne m'avaient pas enchantée.

Je déposais mon baluchon sur le lit, je n'avais guère d'affaires de toutes façons et heureusement. La pièce était exiguë, ne possédant que le minimum comme un lit, une armoire une petite table de toilette et une autre minuscule qui ferait office de bureau. Je restais un moment à observer l'endroit et la vue qu'offrait la lucarne. La pause du midi était déjà terminée, je rangerais tout cela ce soir et comme au couvent je décorerais à mon goût mon petit espace. J'avais emporté mes dessins dont certains étaient de couleurs vives ce qui égayerait le gris des murs.

Je souriais en refermant la porte, déposant la clé dans mon tablier, pour reprendre mon service.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Anna

Messages : 44
Points : 52
Date d'inscription : 12/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Les combles du château de Versailles : la chambre d'Annabelle Orsini

Message  Robert Starque le Jeu 21 Nov - 1:03

Les choses allaient dans le bon sens. Tant que Mariana et lui n'étaient pas réconciliés, il pouvait facilement se rapprocher de la petite blonde. Seulement voilà, le temps passait un peu trop vite et il ne fallait pas louper le coche pour autant. Il avait décidé qu'il irait voir Mariana dans ses appartements un peu plus tard, il serait l'épaule sur laquelle elle pourrait pleurer, avec un peu de chance elle se confierait, ce dont il se fichait, mais une femme qui se confie est une femme qui fait confiance et alors peut-être parviendrait-il à...La consoler, profitant de cet instant de faiblesse pour en faire ce qu'il voulait.

Oui, comme toujours, rien n'était laissé au hasard et tout était planifié. Pour l'heure, il travaillait la jeune blonde au coeur. Ce n'était pas le genre de femme, contrairement à sa mère d'après ce qu'il en avait vu, qu'on travaillait au corps et la chose demandait bien plus de subtilité. Comme à chaque fois qu'il la voyait, ce qui se faisait de plus en plus fréquemment, il lui sortait quelques phrases bien pensées et lentement l'attirait vers lui.

Mais en attendant que vienne son heure, il y avait encore du travail et du chemin à parcourir. Et s'il savait une chose concernant les femmes c'est qu'il n'y avait pas mieux qu'une petite attention pour les faire fondre. Nul besoin de richesses lorsque ce n'est pas l'argent qu'elles recherchent, mais des petites choses qui montrent que l'on pense à elles. Il avait donc pris son trousseau de clés, trousseau qui ouvrait absolument toutes les pièces de ce palais hormis les appartements royaux. Il monta au deuxième étage, dissimulant quelque chose sous sa cape, et lorsqu'il se fut retrouvé devant la chambre d'Annabelle et assuré que personne ne pouvait le voir, il y pénétra.

La pièce était bien entendu vide, la jeune fille étant descendue faire son travail. Il se hâta de déposer une rose blanche sur son lit et de repartir comme il était venu, n'omettant pas de refermer à clé derrière lui. Il reparti en pensant que le jardin d'hiver de ses Majestés était bien pratique par ce temps où rares étaient les fleurs qui survivaient au froid...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Robert Starque
Marquis de Genlis

Messages : 138
Points : 164
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Les combles du château de Versailles : la chambre d'Annabelle Orsini

Message  Anna le Jeu 21 Nov - 18:14

J'avais terminé mon service, il me tardait de remonter dans ma nouvelle chambre pour l'arranger mais plus encore j'étais impatiente de me changer pour rejoindre Robert à la taverne. J'avais bien conscience que ce que je faisais était mal, enfin il n'était plus fiancé, et je suis libre moi aussi, alors où est le mal au fond ? Parce-qu'il est noble et moi non ? Parce-que ma mère est propriétaire d'un lieu de vices ?

Il m'avait rassuré sur l'union du couple royal, qui à une époque aurait paru immorale et qui aujourd'hui est entrée dans les moeurs. Pour les avoir aperçus je dois avouer qu'ils forment un bien joli couple et possèdent une magnifique famille. Alors si le Roi lui-même a pu épouser une roturière ou comme me l'a dit Robert, une bohémienne, en quoi notre couple choquerait la morale ?

Ce qui me chagrine est son engagement avec Mariana. Je sais qu'officiellement ils ne le sont plus mais je suis sure qu'il a encore des sentiments pour elle. Et surtout, ma conscience ne cesse de me hanter, Mariana je la connais, nous aurions pu être de bonnes amies si les circonstances ne nous avaient pas éloignées. Je sais qu'elle aime toujours oncle Greg et lui aussi et je ne comprends pas pourquoi ils ne sont plus ensemble. Tout serait tellement plus simple, je n'aurais plus honte alors d'éprouver ces sentiments pour Robert.

J'ouvris la porte avec toutes sortes d'idées saugrenues en tête. Mon regard se porta directement sur le lit et plus particulièrement sur la fleur qui y avait été déposée. Je la pris délicatement pour en humer le parfum. Il n'y avait pas de mot mais je savais pertinemment de qui venait cette charmante attention.

Je restais là un moment à rêvasser les yeux clos et le nez enivré par la subtile senteur de la rose blanche. En l'absence de vase, je lui offris le broc d'eau qui servirait à ma toilette et entrepris de me préparer à rejoindre Robert.

J'avais libéré mes longues mèches blondes hormis deux que j'avais tressé chaque côté pour les faire se rejoindre au centre. Un ruban clair comme ma robe les retiendrait. Je regrettais de ne pas posséder de parfum ni autres fioritures qui auraient pu m'embellir. Je me contentais du médaillon que mon père m'avait offert quand j'étais enfant et de la broche reçue pour mon dernier anniversaire.

J'étais sortie sans bruit pour ne pas attiser la curiosité de mes collègues dont le colportage de ragots était l'activité favorite. Vu le nombre de fois où j'étais sortie en douce de la Lanterne, je commençais à devenir experte dans l'art du pas de loup.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Anna

Messages : 44
Points : 52
Date d'inscription : 12/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Les combles du château de Versailles : la chambre d'Annabelle Orsini

Message  Anna le Mer 8 Jan - 1:23

Ma décision était prise. Cette fois le choix que nous n'avions pas s'était manifesté et imposé de lui-même. La veille j'avais rencontré un Robert qui m'avait fait trop de mal, qui m'avait tant déçue qu'il m'était plus simple dorénavant de prendre cette décision. Je ne cesserais pas si aisément de l'aimer ça non, mais j'avais compris qu'entre-nous c'était impossible et qu'il fallait me résigner.

Je n'avais pas eu le courage de rentrer au château après notre dispute, j'avais préféré marcher un peu et mes pas m'avaient conduite jusqu'à La Lanterne. Sans un mot j'étais montée m'affaler sur mon ancien lit avant de pleurer jusqu'à ce qu'un mauvais sommeil me prenne.

Les yeux rougis, à l'heure où seuls les employés se préparent à leur besogne quotidienne, je franchis les portes de la cuisine pour me diriger tout droit dans ce qui sert de bureau à l'Intendant, autrement dit mon supérieur direct pour lui signaler mon départ.

C'était mieux pour tout le monde, je n'aurais pas supporté d'assister à la grande noce qui se prépare et dont j'entends parler chaque jour ça et là. Et jamais je ne saurais accéder à la demande démesurée de Robert, à savoir devenir noble avant le dit mariage. C'était impossible, le Roi n'anoblirait pas une fille comme moi sans un motif valable. Et s'il le faisait, rien ne dit qu'il accepte que Robert renonce à son union avec Mariana.

Sans parler qu'il faudrait des mois voire des années pour se faire titrer, le Roi ne sait même pas qui je suis, même en me faisant remarquer, il serait bien trop tard le temps qu'il m’octroie un prestige pareil. D'ailleurs je n'y ai même jamais réfléchi, je n'ai jamais ambitionné un titre quelconque, tout ce que je voulais moi c'est vivre la vie qui me plaisait. Devenir enseignante et épouser un homme que j'aimerais. Et tous mes espoirs sont aujourd'hui envolés...

Une fois mes gages réglés, je montais rassembler le reste de mes affaires.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Anna

Messages : 44
Points : 52
Date d'inscription : 12/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Les combles du château de Versailles : la chambre d'Annabelle Orsini

Message  Robert Starque le Dim 12 Jan - 0:01

Il était rentré passablement agacé de cette soirée en taverne. Il l'avait testée une fois encore et s'était cette fois persuadé que quoi qu'elle en dise, elle ne l'aimait pas. Mais pourquoi donc cela le touchait-il autant ? Ce n'était qu'une servante, une gamine avec laquelle il voulait jouer sans parvenir jusqu'alors à aller jusqu'au bout. Elle n'avait aucune importance, elle lui avait servi à avoir des informations sur son oncle et à passer un peu de bon temps, rien de plus...Alors que se passait-il ?

Il avait voulu la revoir après cette scène et était monté dans sa chambre mais elle n'était pas revenu au palais. Il avait donc laissé un mot sur son lit et était reparti comme il était venu.


Annabelle,

Je suis monté dans votre chambrée après notre dispute afin de mettre les choses au clair entre nous. Il semblerait que vous ayez décidé de ne point revenir icelieu j'ai donc décidé de vous laisser ce message pour vous dire à quel point tout ceci m'exaspère et m'attriste.
Je vous ai crue différente. Je me suis laissé aller à vous ouvrir mon coeur et je me suis fourvoyé. J'ai tâché de trouver des solutions qui auraient pu nous réunir alors que vous ne pensiez qu'à vous éloigner de moi. Cruelle désillusion une fois encore. Je réalise aujourd'hui que c'était utopiste et fort peu malin de ma part d'avoir cru que cette fois ce serait différent.
Vous m'avez prouvé ce soir que tout ceci n'était pas pour moi et que cet espoir que j'avais encore jusque là n'avait plus de raisons d'être.
Je ne puis vous cacher ma colère même si elle est bien davantage tournée contre moi-même que contre vous. Après tout, vous n'avez rien fait de répréhensible si ce n'est de m'être agréable, ce qui m'a conduit à tomber amoureux de vous.
Quoi que vous fassiez à présent, je ne puis que vous souhaiter d'être heureuse, même si cela sera sans moi. Après tout, n'est-ce pas ce que l'on peut faire de mieux pour une personne que l'on aime ?

Dans la grande folie qui m'étreint en pensant à votre personne, je ne puis m'empêcher d'espérer que tout ce que vous m'avez dit n'était pas que mensonges et futilités. Je ne saurais le supporter. Même si tout semble nous opposer et nous empêcher de parvenir à quoi que ce soit, malgré mes doutes et mes interrogations, il y a dans tout cela une chose vraie et c'est ainsi que je conclurais. Je vous aime.

Robert

Il relut rapidement sa lettre et la replia. Soit cela fonctionnait, soit non. Son esprit l'avait poussé à faire cela dans le but d'une ultime manipulation qui aurait pu amener la jolie blonde dans son lit mais paradoxalement, certains de ses mots avaient étaient plus difficiles à apposer sur le papier comme si...Cela le touchait vraiment. Au vu de l'heure tardive, il mettrait cela sur le compte de la fatigue et oublierait cela bien vite.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Robert Starque
Marquis de Genlis

Messages : 138
Points : 164
Date d'inscription : 10/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Les combles du château de Versailles : la chambre d'Annabelle Orsini

Message  Anna le Mar 21 Jan - 23:36

Mon coeur pesait une tonne dans ma poitrine et chaque battement m'oppressait davantage. Je prenais pour la dernière fois le chemin en direction de ma chambre afin d'y récupérer mes affaires.
Mes yeux se portèrent immédiatement sur le vélin laissé là. Avec une certaine appréhension visible au tremblement de mes doigts qui l'effleurèrent, je fermais une seconde les yeux avant de le déplier et de le lire.

Je dus m'asseoir pour ne pas m'écrouler aux premières phrases, aux reproches devrais-je dire. La déception se lisait sur mon visage, au même titre que la peine. Comment pouvait-il penser une seconde que je ne sois pas sincère ? Si je ne l'étais pas je ne partirais pas, je pars parce-que je l'aime, ne le comprend t-il donc pas ? Je ne supporterais pas de le voir en épouser une autre, tout comme il sera difficile  pour lui d'être entièrement dans son mariage s'il m'a sous les yeux. Je pars pour lui laisser la chance de réussir ce qu'il nous est impossible à tous les deux de réussir.

C'est moi qui perds tout dans cette histoire, moi qui vais sacrifier ma liberté pour qu'il puisse vivre sa vie sans encombre. Malgré la colère qui m'avait submergée, chose si rare qu'elle m'en effrayait moi-même, je ne parvenais pas à ne plus l'aimer. Cela aurait pourtant été plus facile.
Après une certaine hésitation, j'entrepris de m'asseoir un moment à la table pour y coucher sur un vélin vierge toute la peine et la déception que m'inspiraient son courrier.


Mon très cher Robert,

Premières ratures et première boulette, je m'y remis proprement.

Monsieur le Marquis, Robert,

jamais dans ma plus grande naïveté, je n'aurais pu croire qu'il puisse exister des mots plus violents et plus douloureux que la lame froide d'un poignard s'enfonçant dans mon coeur, pourtant vous les avez écrit. A mon attention. Comment pouvez-vous ne serait-ce qu'une seconde penser que mes sentiments pour vous soient feints ? Pas un jour je ne vous ai menti, du moins pas dès lors où je vous ai avoué ce que je ressentais réellement. Je pars parce-que je vous aime et que vous avez choisi votre vie, cette vie dont je n'ai pas ma place.


Rageusement et en larmes, je brouillonnais une fois de plus ma réponse qui rejoint le tas qui s'amoncelait sur la table. La tête entre les mains, mon regard se perdit sur les reproches de Robert et sur ses mots d'amour.
Je me levais prestement, il me fallait lui parler, il me fallait lui dire à quel point il se fourvoyait sur moi, je ne pouvais pas m'en aller en le laissant dans l'erreur. Je ne me l'avouerais jamais, mais je voulais surtout le voir une dernière fois malgré mon chagrin.

Il était encore tôt, il ne devait pas être levé ou tout juste mais qu'importe, je comptais bien me défendre.
avatar
Anna

Messages : 44
Points : 52
Date d'inscription : 12/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Les combles du château de Versailles : la chambre d'Annabelle Orsini

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum